lundi 18 mai 2009

place de Plaisance

place_de_Plaisance__d_tail_


place de Plaisance

à Saint-Chamond

 

 

du temps de la voiture à cheval et du tramway

 

place de Plaisance (1)
place de Plaisance, à Saint-Chamond, début des années 1900

 

place_de_Plaisance__d_tail_3_
la rue de Saint-Étienne, actuelle rue Gambetta

 

place_de_Plaisance_et_route_St__tienne
place de Plaisance et route de Saint-Étienne avec les rails du tramway

 

La mention "route de Saint-Étienne" est probablement une confusion avec la "rue de Saint-Étienne", actuelle rue Gambetta sur ce tronçon de voie. Sur l'image, la rue qui part à gauche est le cours Adrien Montgolfier.

 

place_de_Plaisance__d_tail_2_
le début du cours Adrien Montgolfier

 

place de Plaisance (3)
place de Plaisance et le nouveau tramway du Creux

 

place de Plaisance (4)
place de Plaisance, le nouveau tramway du Creux et la charette tirée par des boeufs

 

place de Plaisance Google street view mars 2011 (1)
place de Plaisance, Google Street View, mars 2011 

 

place de Plaisance (6)
place de Plaisance et rue Gambetta

 

place de Plaisance (8)
place de Plaisance : piétons et bicyclette

 

place de Plaisance Google street view mars 2011 (2)
place de Plaisance, Google Street View, mars 2011

 

place de Plaisance (7)
place de Plaisance : casquettes, canotiers et chapeaux de femmes

 

place de Plaisance (2)
place de Plaisance : Grand Café, Grande Pharmacie moderne, Quincallerie-serrurerie

 

place de Plaisance Google street view mars 2011 (3)
place de Plaisance, Google Street View, mars 2011

 

place_de_Plaisance_cpa
place de Plaisance et rue Gambetta avant 1914

 

 

du temps de l'automobile

 

place de Plaisance et av Adrien-de-Montgolfier
place de Plaisance et avenue Adrien-de-Montgolfier

 

place de Plaisance et av Adrien-de-Montgolfier détail
place de Plaisance : détail des enseignes et affiches

 

place de Plaisance (9)
place de Plaisance : au temps de l'automobile

 


Michel Renard
mis à jour, 11 février 2017

- retour à "Rues et quartiers"
- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 17 mai 2009

vue d'ensemble : carte postale en couleurs

vue_d_ensemble_de_la_ville


vue d'ensemble de la ville

centrée sur l'église Notre-Dame


vue_d_ensemble_de_la_ville
vue prise de la colline Saint-Ennemond et centrée sur l'église notre-Dame ;
des pans entiers de la ville ne sont donc pas visibles...


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 13 mai 2009

Roger Planchon est mort

a_211_planchon_



il était né à Saint-Chamond

Roger Planchon, 1931-2009

Roger Planchon, metteur en scène et directeur de théâtre, acteur, auteur, cinéaste

Le Monde, 13 mai 2009

uand il évoquait sa mort, Roger Planchon disait : "Le jour où je crèverai." Il préférait ce mot qu'on employait - le même pour les bêtes et les gens - dans cette Ardèche pauvre, dure et paysanne où il avait passé son enfance. Le metteur en scène, acteur, cinéaste et grand animateur, au sens où Jean Vilar l'entendait, a donc "crevé" mardi 12 mai, à Paris. Il était chez lui et lisait une pièce de théâtre. Il s'est senti fatigué. Il s'est alité. Son coeur l'a lâché. C'était fini. Son fils Stéphane a annoncé la nouvelle en disant : "Il est parti en travaillant."

Roger Planchon avait 77 ans. Il n'aura jamais cessé de travailler. Il y a quelques semaines encore, il était sur la scène du Théâtre Silvia-Monfort, à Paris, avec sa femme, la comédienne Colette Dompietrini, pour jouer Amédée ou comment s'en débarrasser, d'Eugène Ionesco. Il avait voulu faire ce spectacle pour fêter, à sa façon, les cent ans de la naissance de Ionesco, qu'il avait bien connu, quand il était jeune, à Lyon. C'était dans les années 1950, au tout début de l'aventure qui allait faire de Roger Planchon un des premiers hommes de théâtre du XXe siècle. Un des emblèmes de la décentralisation en ce qu'elle a eu de meilleur : l'audace artistique liée à un sens réfléchi du public.

Avant d'en arriver là, il y a l'enfance, cette enfance pendant laquelle le petit Roger a "gardé les vaches sur les plateaux ardéchois". Cela, il l'a dit et redit. Il savait merveilleusement parler de la France rurale de l'avant-guerre. En conteur-né, alliant l'image à l'imagination. Un livre en témoigne : Apprentissages, Mémoires, ses souvenirs, écrits pour sa petite-fille Esmé (Plon, 2004).

Il commence par une description des paysages de l'enfance où "le quotidien s'appelait courage", entre la ferme de son grand-père et Saint-Chamond l'ouvrière (Loire), la ville où il est né le 13 septembre 1931. Comme beaucoup d'autres, ses parents avaient quitté la montagne pour trouver du travail en ville. La mère était bonne dans un hôtel, le père a tenu plusieurs bistrots, ces bistrots où les clients ont "la dalle en pente" et où les patrons doivent suivre.

Très tôt repéré pour son intelligence, Roger Planchon est pris en charge par des jésuites, chez qui il étudie. A peine sorti de l'adolescence, il part pour Lyon, où il débarque, dit-il, en sauvage. Un sauvage prêt à empoigner la vie avec un appétit, une insolence, un culot et un talent rares. Chez les jésuites, il a découvert le théâtre.

A Lyon, en 1950 - il n'a pas encore 20 ans -, il crée sa première salle, avec quelques amis rencontrés dans un cours d'art dramatique, dont Robert Gilbert, qui deviendra son remarquable administrateur. La cave contient 90 places. Sur le plateau, Roger Planchon réunit Jean Bouise, Isabelle Sadoyan, Jacques Rosner. Ensemble, ils jouent des auteurs élisabéthains et des contemporains : Ionesco, donc, Brecht (que Planchon rencontre dès 1954), Vitrac, Adamov ou Michel Vinaver (Les Coréens).

Trois ans plus tard, Roger Planchon et ses amis, n'en pouvant plus de l'étroitesse de leur salle et de l'absence d'intérêt de la municipalité de Lyon pour leur travail, se tournent vers Villeurbanne. Le maire, Etienne Gagnaire, leur propose le Théâtre de la Cité ouvrière de Villeurbanne, un nom qui sera raccourci en Théâtre de la Cité à partir de 1960. En 1972, il deviendra le Théâtre national populaire.

Ce sigle prestigieux, qui appartenait à Jean Vilar, est transféré par le ministère de la culture à Roger Planchon parce qu'il est considéré comme le seul digne de le recevoir en héritage. C'est une juste récompense d'un travail qui, d'emblée, s'est accompagné d'une réflexion critique sur les oeuvres et sur le rôle que le théâtre doit jouer dans la société. Lier les destins individuels et collectif : voilà ce qui l'intéresse et guide son travail.

En 1962, il signe un coup d'éclat avec une mise en scène de Tartuffe, de Molière, passée au crible de l'interprétation psychanalytique. Planchon met en évidence l'homosexualité inavouée de Tartuffe et Orgon, tout en pointant les rapports sociaux dominés par l'absolutisme royal.

C'est le grand début de la vague des "relectures" des classiques, qui donne un souffle nouveau à Molière, Racine ou Marivaux. Planchon sait aussi faire hurler de rire les salles, avec Les Trois Mousquetaires. Au tournant des années 1960-1970, il est à son zénith, et entraîne à sa suite de nombreux metteurs en scène.

L'ÉCRITURE, LE CINÉMA

Cette stature, liée à un sens politique hors pair, fait tout naturellement du patron du TNP un chef de file du mouvement de mai 1968. Pendant les événements, tout le monde se retrouve à Villeurbanne pour discuter de l'avenir de la profession. Redoutable débatteur et fin politique, Roger Planchon sait négocier avec les ministres, et, s'il le faut, taper du poing sur la table. Il sait aussi imposer ce qu'il veut dans sa carrière de directeur, qui prend un autre tour, au fil des années 1970 et 1980. En 1971, il demande à Patrice Chéreau de le rejoindre à Villeurbanne en tant que codirecteur. Ce dernier resta dix ans au TNP, puis Georges Lavaudant lui succéda de 1986 à 1996.

L'histoire des riches heures du TNP est relatée dans une somme écrite par Michel Bataillon, le dramaturge de Planchon au TNP. Sous le titre d'Un défi en province. Chronique d'une aventure théâtrale. On y voit comment se construit une histoire, entre les aléas politiques et les désirs artistiques. On y sent l'énorme force de conviction de Roger Planchon, homme au charme puissant.

Dès 1962, Roger Planchon a commencé à écrire. Une autre part de sa vie, à laquelle il tenait infiniment. Sa première pièce, La Remise, puise dans les souvenirs de l'enfance ardéchoise. Elle est belle, comme Le Vieil hiver et Fragile forêt (créées en 1990), qui forment un diptyque sur le temps. Mais ce sont Les Libertins (1967) et Gilles de Rais (1975) qui ont le plus marqué les esprits, à cause de leur souveraine insolence. Roger Planchon a aussi toujours été tenté par le cinéma. Il n'arrivera pas à imposer ses films, George Dandin (1987), Louis enfant-roi (1991) et Lautrec (1997). C'était l'un des regrets de cet homme remarquable, qui avait quitté en 2002 le TNP.

Le Monde

 

45471_planchon_img




Roger Planchon, Ardéchois coeur fidèle

Entré dans les dictionnaires, célèbre sur les scènes du monde entier, l'homme de théâtre avait fait l'objet d'un portrait dans La Croix en 2005

L'histoire de Roger Planchon, c'est l'histoire de toute une génération. Celle des Jean Vilar, Jean Dasté, Hubert Gignoux... Celle des pionniers de la décentralisation, hérauts du «théâtre service public». Installé à Lyon, dans le petit Théâtre de la Comédie au tout début des années cinquante, puis à Villeurbanne au Théâtre de la Cité (où il hérite en 1972 du sigle TNP créé pour Jean Vilar), il y a fait découvrir ou redécouvrir Molière, Racine, Marivaux, Dubillard, Vinaver, Ionesco.

Pourtant, à 73 ans, ayant quitté la direction du TNP pour retrouver le statut de directeur d'une «jeune compagnie» (le Studio 24), ce n'est pas en maître de la scène qu'il se présente aujourd'hui, mais en homme «surgi des terres ardéchoises de l'enfance (1)», selon la belle formule de Jean-Jacques Lerrant, ancien critique du Progrès de Lyon et ami fidèle.

Crinière blanche, affable, insaisissable, Planchon acquiesce («l'Ardèche, c'est le fond de ce que je suis») et renvoie aux premières lignes de son autobiographie concernant ses années d'enfance qu'il a adressée à sa petite fille Edmée, Apprentissages (2) : «Je suis né et j'ai été nourri au Jardin de France. C'est Touraine, dit Rabelais. Moi, c'est Ardèche. Est-ce en France ? Je ne sais pas. Ce n'est pas un jardin d'agrément. Accroché aux volcans, un Ardéchois se dit : "Courage, tu es né sur le flanc de furieux qui ne furent pas insignifiants." Aujourd'hui, ces arrogants se tassent mais c'est l'Ardèche.»

 

Des origines campagnardes

Ses origines sont modestes. Né à Saint-Chamond, le 13 septembre 1931, Planchon est fils de paysans qui, comme tant d'autres avant-guerre, ont quitté leur village pour gagner la grande ville. Sa mère, Marie («une femme courageuse, une grande dame») est bonne dans un hôtel. Son père tient successivement plusieurs «bistrots dans les quartiers les plus populaires», et notamment face aux aciéries de Saint-Chamond. Son penchant pour la boisson est certain, «mais, excuse Planchon, les clients avaient la dalle en pente et le patron se devait d'incliner plus sérieusement la sienne». Jamais ce père n'eut le vin mauvais. «Il était la Bonté avec B majuscule.»

Roger Planchon parle avec tendresse. Comme s'il se reprochait le temps où il se gardait de trop évoquer ces années. «À 16 ans, explique-t-il, j'étais comme les petits gars de banlieue qui veulent sortir de la banlieue : j'évitais de parler des bistrots de mon père.» C'est pourtant dans ces bistrots qu'il a fait ses humanités, approchant au plus près la vérité de ces «petites gens qui sont du peuple qui ne meurt pas».

«Tous les spectacles que j'ai montés m'ont ramené dans mon milieu, reprend Planchon. Je sais parfaitement que les ouvriers qui construisent les théâtres n'y vont pas obligatoirement. Pas plus que les gens modestes. Mais j'ai toujours voulu travailler pour eux aussi. Lorsqu'ils entrent dans une salle, ils ont envie de voir de beaux décors, de beaux costumes. S'ils font "fauchés", ils ont l'impression que l'on se moque d'eux. Ils ne croient pas aux princesses en jean déchiré. Les belles dames doivent porter de belles robes, sinon elles trichent ! Ils ont raison. J'y ai toujours fait attention.»

 

Résistant à 14 ans

À 20 ans, Planchon jettera un même voile pudique sur ses origines campagnardes. C'était à l'époque où il fréquentait Sartre, Marthe Robert, Arthur Adamov («il me réveillait à trois heures du matin pour me parler de L'Éducation sentimentale de Flaubert»). Elles ne lui en reviendront pas moins «très vite à la figure».

En 1960, un producteur lui commande un scénario pour un film qui ne sera jamais réalisé. Planchon en tirera sa première pièce, La Remise. «Elle raconte l'histoire de mon oncle, un petit Ardéchois qui se suicide... Mon problème venait des intellectuels que je croisais au lendemain de la guerre. Ils jetaient sur les paysans un regard incroyable. Ils les imaginaient tous pétainistes.»

Ils ne savaient pas que Roger Planchon s'était engagé dans la Résistance à l'âge de 14 ans. Il est même, à ce titre, «le plus jeune médaillé de France». Lui, l'élève «pauvre» des Frères des Écoles chrétiennes qui fuyait les cours, a été décoré devant toute l'école réunie, à la Libération. «L'événement, s'amuse-t-il, n'enthousiasma guère mon père. Il a fallu longuement insister pour qu'il accepte de fermer son bistrot et assiste à la cérémonie. Ce cirque le gênait.»

 

Le traumatisme de la guerre

Enfant de la terre, Planchon est donc aussi enfant de la guerre. «Je l'ai vécue de très près, adolescent. J'ai vu ses tueries, les otages abattus sur les trottoirs.» Au cours d'une mission de liaison, il est pris par les Allemands. Quatre-vingt-huit innocents sont massacrés. Planchon en réchappe. «Je suis un survivant. Pendant près de quarante ans, je n'ai pu me défaire de ce souvenir. Il suffisait que je voie un film avec des casques allemands pour que je passe une nuit de cauchemars. Même s'il ne s'agissait que d'une comédie, comme La Grande Vadrouille..»

Ceci explique-t-il cela ? Longtemps, les mises en scène de Roger Planchon ont été ponctuées de séquences à la violence brutale. Qu'il s'agisse de classiques (Tartuffe, Andromaque, qu'il replace en 1989 dans le contexte de la Fronde) ou de ses propres pièces : à commencer par Fragile Forêt et Vieil hiver. Ce diptyque raconte un siège lors des guerres de religion, vu alternativement du côté des assiégeants et des assiégés. Planchon l'a créé en 1991.

Vingt-cinq ans après, il en corrige encore le texte comme il reprend régulièrement ceux de toutes ses pièces : une dizaine en tout. «Le travail n'est jamais fini, s'excuse-t-il. Je n'écris pas pour moi mais pour des acteurs. Il faut aller vite, quitte à améliorer ensuite. Je n'agis pas en écrivain mais en chef de troupe à l'ancienne.» Il en appelle à Molière, à Orson Welles aussi.

 

Une éducation religieuse

On s'étonne ? «Ma première passion a été le cinéma, dit-il. J'ai découvert Orson Welles à 17 ans. J'étais fasciné. Je ne savais rien du théâtre, sinon que Welles avait débuté en prenant cette voie avant de réaliser ses premiers films. J'ai décidé de suivre son exemple. Je pensais que ce serait plus facile.»

Planchon doit attendre presque trente ans avant de se retrouver derrière une caméra. En 1987, il tourne Dandin, puis suivent Louis enfant roi en 1992, et Lautrec en 1998... Il rassemble nombre d'acteurs et de techniciens qui travaillent régulièrement avec lui au théâtre. Il y raconte non seulement l'histoire d'un personnage (roi ou peintre) mais plus encore celle d'un temps, d'une époque, multipliant les digressions et les références. Certains le lui ont reproché.

Il se défend en se présentant comme un «goulu» de la connaissance et de la culture. Un «vrai autodidacte» qui s'est formé non à l'université mais sur le tas, par la grâce d'un religieux qu'il n'a pas oublié : le F. Paul-Antoine, surveillant général de l'établissement où, bien que décoré, il n'avait toujours pas pris goût aux études. «C'était un pédagogue admirable, dit-il, maigre comme un clou.»

Un jour, l'adolescent est surpris par le Frère après avoir fait le mur. Au lieu de la gifle attendue, une question fuse : «Quel film es-tu allé voir ?» Peu à peu, une relation d'amitié se noue entre ce maître inattendu et l'élève Planchon. «Je lui dois tout, il m'a fait découvrir le cinéma, la philosophie, la peinture, l'esthétique et, plus encore, la poésie : tout de suite, je suis devenu un accro.»

 

Un amoureux de la poésie

C'est d'ailleurs en déclamant de la poésie, devant une assistance médusée, que Planchon a fait ses premiers pas sur une scène, dans une cave appelée Le Perdido. C'est là que Jean-Jacques Lerrant l'a découvert au détour des années cinquante, «insolent diseur de poèmes, adolescent à la crinière léonine qui lançait comme cris de guerre des vers de Baudelaire et Michaux».

Depuis, Roger Planchon ne part jamais en voyage ou en tournée sans emporter dans ses bagages quatre ou cinq recueils de poètes. «Je les lis avant de m'endormir. Classiques ou contemporains. Publiés dans la Pléiade ou en édition "tirée à 50 exemplaires".» Il a noué avec des poètes des amitiés profondes, notamment avec le jésuite Jean Mambrino.

«Comme les vrais amateurs de peinture apprécient tous les peintres, j'aime tous les poètes, lance-t-il. Ils parlent de la réalité du monde comme personne d'autre n'a jamais su le faire. Ils connaissent le cosmos.» En cela, «ils sont semblables aux paysans de l'Ardèche».

 

Il revient toujours à l'Ardèche

Par-delà ses projets (ouvrir un nouveau lieu de tournage ; mettre au point un mécanisme sérieux de coproduction audiovisuelle en Rhône-Alpes, afin d'ouvrir un marché du travail aux intermittents et d'apporter un sang neuf aux fictions télévisuelles...), Planchon revient toujours à l'Ardèche. Il avoue cependant n'avoir jamais revisité les lieux qui le virent grandir, «sauf une fois, pour montrer la région à ma femme».

Il n'a jamais voulu non plus hériter de la maison de ses parents, dans le village. Il l'a laissée à son frère Paul, réalisateur de télévision. «Il m'est impossible de revenir là-bas en vacances ou en touriste. Trop de gens ont travaillé, transpiré, souffert. Quand je passe en voiture dans la région, je vois les striures des montagnes, les champs en espaliers de deux à trois mètres de large que cultivaient les paysans ; les femmes qui tiraient la charrue, même enceintes ; la sueur, la peine, ce prodigieux courage pour survivre sur cette terre... Je n'ai qu'une envie : me mettre à genoux.»

Ou alors se réfugier dans les souvenirs d'orages, lorsque lui-même était berger sur les collines. «J'étais installé aux premières loges, comme le sont les princes dans les théâtres. Mais la scène qui me faisait face était le cosmos. Cela dépasse tout ce que l'on peut imaginer.» Même le théâtre.

Didier Mereuze

 
(1) Un défi en province. Planchon. Par Michel Bataillon. Préface de Jean-Jacques Lerrant. Éd. Marval. Coffret de 2 vol. : 1950-1975. (59, 90 Euros). Un second coffret de 2 vol, toujours par Michel Bataillon, vient de paraître chez le même éditeur, sous le titre Chéreau, Lavaudant, Planchon - 1972-2000 (60 Euros).

(2) Apprentissages par Roger Planchon. Plon. 630 p. 25 Euro.

 

 


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 mai 2009

répertoire de tous les articles

Diapositive1

 

tous les articles

du blog Saint-Chamond

- attention ! Le classement chronologique est la base de construction d'un blog. Mais, ici, des éléments postérieurs à la date de l'article sont souvent ajoutés après coup. On peut donc trouver des informations ou des photos de 2009 dans un article daté de l'année 2007. La mise à jour d'un article n'affecte pas la date initiale de sa mise en ligne.
Inversement, on peut trouver une date "rafraîchie" (plus récente) alors que la date initiale est conservée à l'affichage dans le texte du message.

 

 

2014

- à faire

 

2013

- à faire

 

2012

- à faire

 

2011

- à faire

 

2010

- à faire

 

2009

- le journal La Croix de Saint-Chamond
- Le Sillon de Marc Sangnier à Saint-Chamond
- rue Jules Verne
- demande d'internement de Mme Launay, militante communiste, 1941
- rue Saint-Exupéry
- rue du Tonkin
- fin de construction rue Victor-Hugo
- résultats des élections européennes du 7 juin 2009 à Saint-Chamond
- le monument à la mémoire des Arméniens victimes du génocide de 1915 en Turquie
- Chavanne-Brun frères (entreprise)
- rond-point faisant jonction entre le quai de la Rive et le bd Waldeck-Rousseau
- la rue Vincendon
- l'armement produit par les Aciéries de la Marine à Saint-Chamond
- pour restructurer le site GIAT, création d'une ZAC
- la rue du Pilat
- épicerie, bonneterie G. Chavanne avant 1914 (photo)
- place de Plaisance (cartes postales anciennes)
- vue d'ensemble de la ville centrée sur l'église notre-Dame (carte postale)
- il était né à Saint-Chamond : Roger Planchon (1931-2009)
- la pharmacie Chatagnon, rue de la République à Saint-Chamond
- Saint-Chamond vu du ciel, avec identification de quelques lieux
- l'église Notre-Dame est sauvée ! reportage sur une soirée électorale et revue de presse
- du sens des responsabilités en politique  - voter OUI le 26 avril (Michel Renard)
- les bâtiments s'élèvent (ancienne propriété Pinay)
- intérieur de l'église Notre-Dame de Saint-Chamond : 84 photos inédites
- le 26 avril : voter OUI pour la sauvegarde de l'église Notre-Dame
- l'église Notre-Dame de Saint-Chamond en fin de destruction : cauchemar-fiction
- la construction s'avance dans l'ancienne propriété Pinay
- une exposition du CERPI sur les Aciéries de la Marine
- un plan de Saint-Chamond en 1887, tiré de l'Atlas cantaonal (détails en images)

2008

- deuxième petite ballade sur Saint-Ennemond, samedi 27 décembre 2008
- petite ballade sur Saint-Ennemond, vendredi 26 décembre 2008
- la population à Saint-Chamond, de 1820 à 1962
- église Notre-Dame, vues récentes (22 décembre)
- travaux en cours dans l'ancienne propriété Pinay
- Il ne faut pas détruire l'église Notre-Dame
- Quand le Gier coulait à ciel ouvert à Saint-Chamond
- Poursuite des travaux de démolition dans l'ancienne propriété Pinay
- Début des travaux de démolition dans l'ancienne propriété Pinay
- Démographie saint-chamonaise
- Les idées de Jean de la Rive (M. Fournier, 1949)
- Entre la classe sociale et la cité : identité et intégration chez les ouvriers de Saint-Chamond, 1815-1880 (Elinor Accampo, 1982)
- Évocation du souvenir de personnalités locales : les serviteurs de la cité (M. Fournier, 1949)
- Les adjoints au maire (21 mars 2008)
- Les maires de Saint-Chamond
- Résultats définitifs du deuxième tour des élections municipales, 16 mars 2008
- Premier tour des élections municipales, 9 mars 2008
- Visites et promenades à Saint-Chamond
- Petite virée du mercredi 13 février 2008
- Petite virée du mardi 12 février 2008
- Les listes aux élections municipales de 2008
- Une croix de carrefour datant de 1846
- Rues et quartier, vues anciennes (répertoire)
- Rue Alsace-Lorraine avant 1910
- La Place Dorian
- Rond-point vers Saint-Étienne (image fin années 1950 - début années 1960)

 

2007

- Procession religieuse à Saint-Chamond, années 1930...
- Images de l'ancienne piscine
- Rue des Palermes (1958)
- "Vieux moulin à Soye", quartier Saint-Pierre
- Place de l'Abattoir
- La gare de Saint-Chamond en 1999 et en 2001
- Vues de Fonsala
- Le bureau d'octroi
- Valfleury
- La gare de Saint-Chamond vers 1905
- Archives de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et des chemins de fer (A.D. Loire)
- Fonds d'archives de la Compagnie des Forges et Aciéries de la Marine et d'Homécourt
- Un ouvrage sur l'histoire des Aciéries de la Marine (1996)
- Reconnaissez-vous ces maquisards ?
- Réaménagement du site Giat à Saint-Chamond
- Institution Sainte-Marie à Saint-Chamond
- Place de la Valette et statue du centenaire
- Place de la Valette (photo ancienne)
- Statue du centenaire de la Révolution (1889), place de la Valette (place de la République)
- Forges et Aciéries de la Marine à Saint-Chamond en 1900
- L'école Garat
- École Verlaine, annexe Le Creux, photo de classe de CE1 en 1962
- École Lamartine, quelques photos de classe de 1945 à 1976
- Courte promenade à Saint-Chamond, 9 février 2007
- Le Gier, du Pilat au Rhône
- Carte des sites du sud de la Loire
- Monument Sadi Carnot, images, histoire et construction
- Mairie de Saint-Chamond, ancien couvent des Minimes 
- L'église Saint-Pierre, construite en 1609

 

2006

- Le château des seigneurs de Saint-Chamond
- L'église Notre-Dame à Saint-Chamond (construite en 1881)
- Une foire aux bestiaux, place Nationale
- L'Hôtel-Dieu à Saint-Chamond
- La Maison des Chanoines
- Images de l'ancienne gare de Saint-Chamond
- Le groupe scolaire Lamartine (images)
- Promenade autour de l'Hermitage (3 photos), 22 octobre 2006
- Aciéries de la Marine à Saint-Chamond (images)
- La Caisse d'Épargne, rapports 1917 et 1918 (couvertures)
- La bibliothèque sauvée du feu en 1985
- Notes d'histoire locale (MM. Vincent et Gourbière, instituteurs, 1970-71)
- Monument à la mémoire de Sadi-Carnot (1894-95), pièces archives communales
- Fonds d'archives antérieurs à 1790
- Livre d'Éric Perrin
- Promenade à Saint-Chamond (2), le 25 juillet 2006
- Pétain à Saint-Chamond en mars 1941
- Melchior Mitte de Chevrières (1586-1649)
- Forges, aciéries et maîtres de forge (Magali Novis et André Vincent, 2004)
- Antoine Pinay (1891-1994)
- Bannières du blog
- Un petit tour à Saint-Chamond au matin du 3 juillet 2006
- Nuisances de l'aéroclub de Saint-Chamond

 

Diapositive1

Michel Renard

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 10 mai 2009

pharmacie Chatagnon

pharmacie_Chatagnon_cpa



la pharmacie Chatagnon

rue de la République à Saint-Chamond


pharmacie_Chatagnon_cpa
au n° 80 de la rue de la République, belle photo
de la pharmacie Chatagnon (cliquer pour agrandir)


pharmacie_Chatagnon_cpa_rue_de_la_R_p
localisation de la pharmacie Chatagnon, rue de la République

 

pharmaciens_Chatagnon
les pharmaciens


- d'après Francis Falk, qui possède cette carte postale envoyée à sa famille aux environs de 1910, l'homme serait Louis Rochaix (commis en pharmacie lors de son mariage en 1893) et sa fille Hélène.

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


lundi 27 avril 2009

une partie de Saint-Chamond vue du ciel

StChmon


Saint-Chamond vu du ciel

Diapositive1
quelques repères urbains ; toute la ville n'est pas représentée sur cette photo
cliquer sur la photo pour l'agrandir et la voir complètement nette

StChmon
cliquer sur la photo pour l'agrandir

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 26 avril 2009

l'église Notre-Dame est sauvée...!

joie_du_Comit_


- 84 photos inédites de l'intérieur
de l'église Notre-Dame (mars 2009)

 

l'église Notre-Dame est sauvée...!

80% de "oui"

pour la poursuite de la restauration

 

À la question "Êtes-vous favorable à ce que la commune de Saint-Chamond achève la restauration de l'église Notre-Dame ?", 80,45% des votants ont répondu "oui" et 19,55% ont répondu "non".
Le taux de participation a été de 28,32%
sur les 23 813 électeurs inscrits. C'est un succès pour toux ceux qui, attachés au patrimoine local, ont mené campagne pour la sauvegarde de l'église.

Résultats par bureaux


soirée électorale en mairie, salle Condorcet,

dimanche 26 avril 2009, entre 19 heures et 20 heures

 

Kizirian_FR3
le maire, M. Kizirian, annonce à FR3 le résultat de la "consultation"


salle____Herv__
de nombreux Saint-Chamonais dans la salle Condorcet

 

Kizirian_allocution__1_
allocution du maire qui se félicite de son initiative et de son résultat :
il n'a pourtant pas appelé à voter "oui"...

 

joie_du_Comit_
les membres du Comité pour la sauvegarde de l'église, qui sont les seuls à avoir
mené campagne pour le "oui, laissent éclater leur joie : Jean-Pierre Gay (veste sombre),
Jean-Luc Degraix (bras levés), Léon Coffy (vêtement vert) et Paul Privat (main gauche levée)


Jean_Luc_interview__1_
Jean-Luc Degraix, membre du Comité de sauvegarde, interviewé

Jean_Luc_interview__2_
"après des semaines de campagne, une belle victoire pour le patrimoine de la ville"

Jean_Luc_interview__3_
une large "couverture" de l'évènement par les médias régionaux et nationaux ;
à g., Jean-Luc Degraix ; à d. Aline Oriol, conseillère municipale d'opposition



Jean_Luc_interview__4_
de nombreux journalistes avides de réactions, ce soir


Herv__interview
Hervé Reynaud, président de l'association "Ensemble pour Saint-Chamond"

Herv__interview__3_
Hervé Reynaud, président de l'association "Ensemble pour Saint-Chamond"


Paul_Privat_interview__1_
Paul Privat, poète et écrivain, membre du Comité de sauvegarde

Paul_Privat_interview__2_
"oui, nous sommes rassurés, nous n'aurons pas besoin d'escalader des échafaudages
ni de nous enchaîner pour empêcher la destruction de l'église...!", Paul Privat

Paul_Privat_interview__3_
Paul Privat, un maître du verbe auquel chacun est attentif


Paul_Privat_interview__4_
Jean-Luc Degraix, Paul Privat, Léon Coffy

_______________________________________________


 

réactions

communiqué de presse
ENSEMBLE POUR SAINT-CHAMOND

carte

Notre mobilisation et notre engagement  ont permis une large victoire du OUI.
Nous en sommes très fiers et particulièrement heureux.
Notre avons dénoncé le piège tendu par M. le Maire qui en organisant cette consultation inopportune et coûteuse a tenté de vouer l’église à la démolition.
La faible participation démontre que nos efforts conjugués avec les initiatives du Comité de Sauvegarde étaient bien nécessaires pour que les partisans du OUI se sentent mobilisés. Le résultat : plus de 80 % de OUI qui ont poussé le Maire à une agressivité inacceptable dans une allocution militante avec en prime des chants d’extrême gauche qui témoignent d’un sectarisme préjudiciable à notre ville.
Notre incessant travail d'information, notre positionnement sans faux-fuyant, ont contribué à ce large succès du OUI.
Merci de votre soutien !

Hervé Reynaud
Ensemble pour Saint-Chamond
dimanche 26 avril 2009, 21 heures

 

 

 



réponse à un argument de M. Kizirian

Dans son allocution, le Maire a cru bon vitupérer contre la participation de Lyonnais venus en autocar au rassemblement du 17 avril sur le parvis de l'église. "Les Saint-Chamonais, a-t-il dit, sont assez grands pour décider tous seuls…"

Cet irrédentisme local n'est pas de mise dans l'affaire de Notre-Dame. Pourquoi ? Pour la bonne raison que si l'église relève, administrativement, de la gestion communale, son image appartient largement au-delà. Peut-on concevoir que la menace de destruction de Notre-Dame à Paris ne mobiliserait que les Parisiens intra-muros ?

La municipalité n'a pas voulu le comprendre. Mais le sort du patrimoine met en jeu des attachements qui ne relèvent ni de la seule comptabilité fiscale ni du seul horizon municipal. Nous avons reçu, sur ce blog, des courriers d'anciens Saint-Chamonais qui disaient leur préoccupation de l'avenir de cette église et leur déception de ne pouvoir s'exprimer dans les urnes. C'est tout à fait légitime. La politique ce sont aussi des symboles et des fidélités à une histoire.

Michel Renard, co-auteur de
Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?

- voir aussi : du sens des responsabilités en politique (Michel Renard)

- lire cette réaction d'un habitant de Roquemaure dans le Gard


 

la position des Verts

"71,68 % d'abstention pour la consultation sur l'avenir de l'église Notre-Dame, un chiffre élevé qui n'a rien d'étonnant quand la municipalité n'a prévu aucun envoi de profession de foi, et une information très pauvre en éléments techniques pour se prononcer. La population s'est donc avant tout exprimée de façon affective. 80,45 % de oui pour la poursuite des travaux 19,55% pour l'arrêt des travaux.

Les écologistes étaient majoritairement favorables à la conservation de ce patrimoine qui n'est possible qu'avec l'adhésion de la population. Aussi les Verts ont proposé de longue date une expression de type référendaire à tous les citoyens informés dans le détail pour qu'ils prennent position en connaissance de cause. Les modalités d'organisation de cette consultation n'ont pas répondu aux souhaits des écologistes."

Jean Minnaert
Verts du Gier

 



le communiqué du diocèse

Communiqué du diocèse de Saint-Étienne suite à la consultation des habitants sur le devenir de l’église Notre Dame de Saint-Chamond.

Le diocèse de Saint Étienne se réjouit du résultat sans équivoque de la consultation de la population de Saint-Chamond au sujet de l’avenir de l’église Notre-Dame.

En votant à une très large majorité pour l’achèvement de la restauration de cette église les habitants de Saint-Chamond ont manifesté leur volonté de ne pas détruire un édifice qui fait partie intégrante du patrimoine architectural et culturel de leur ville. Ils ont aussi manifesté leur volonté de respecter un lieu chargé de mémoire et de symboles. On peut penser aussi qu’une majorité d’habitants, et pas seulement les catholiques pratiquants, ont manifesté leur volonté de garder un lieu de culte, signe visible d’une présence d’Église, en particulier au rythme des dimanches, des grandes fêtes religieuses, et des grandes étapes de la vie (baptêmes, mariages, funérailles).

Le diocèse de Saint-Étienne, en voyant sa demande du maintien d’un lieu de culte en cet endroit ainsi approuvée et confortée, se déclare d’ores et déjà prêt à poursuivre le dialogue avec la mairie de Saint-Chamond. Avec la paroisse Saint-Ennemond en Gier, il s’associera à la recherche de solutions matérielles et financières permettant à la fois de respecter le vœu de la population, les intérêts de la commune et de favoriser la qualité de l’exercice du culte.

Comme il l’avait déjà indiqué, le diocèse, dans le cadre de l’affectation cultuelle de l’église Notre Dame, prendra sa part de responsabilité pour relever avec les autres parties prenantes ce défi qui est aussi un beau pari sur l’avenir.

Saint-Étienne Le 27 avril 2009
source

 

gonflé le diocèse !

Ils sont gonflés les gens du diocèse ! Ils affichent leur "réjouissance" aujourd'hui. Mais ils n'ont pas fait campagne pour un tel choix. Ils évoquent un résultat "sans équivoque" mais telle n'a pas été leur position ces dernières semaines, c'est le moins que l'on puisse dire. Rappel.Paul_Malartre

Le 19 mars 2009, Paul Malartre, chargé de mission du diocèse auprès des collectivités territoriales, expliquait dans un communiqué que : "le Diocèse préférerait que soit étudiée par un urbaniste la solution suivante : le bâtiment actuel serait démoli, en sauvegardant peut-être sa façade, et un nouveau lieu de culte plus petit et plus fonctionnel (chauffage, sonorisation) serait construit sur le lieu ou à proximité".

Bien sûr, il disait aussi que si la décision était prise de poursuivre la restauration, la communauté catholique s'occuperait de l'aménagement intérieur... Il faut être prudent. Mais le mal était fait.

L'option démolition avait la préférence du diocèse. D'ailleurs, les mêmes propos ont été répétés dans Le Progrès du 24 mars, et Paul Malartre savait que sa position ne ferait pas plaisir au Comité de sauvegarde. Alors, exprimer son contentement après le 26-avril, c'est voler, peu glorieusement, au secours d'une victoire qui ne doit rien à l'action du diocèse.

Michel Renard

quand le diocèse militait pour la démolition...

 

Le_Progr_s_24_mars_2009__2_
Le Progrès, 24 mars 2009 - cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le_Progr_s_24_mars_2009__1_
Le Progrès, 24 mars 2009 - cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

 

 

_______________________________________________


revue de presse

 

 

Église de Saint-Chamond : "oui" massif

AFP
27/04/2009
La consultation des habitants de Saint-Chamond (Loire) sur le sort de leur principale église a peu mobilisé dimanche, toutefois une majorité de votants (80,44%) s'est prononcée en faveur de la poursuite des travaux de réhabilitation, a annoncé la municipalité.

Seuls 28,34% des 23.813 électeurs inscrits se sont déplacés pour répondre à cette consultation, promesse de campagne de la nouvelle équipe municipale, mais qui n'a que valeur d'avis.

Les électeurs devaient répondre par "oui" ou "non" à cette question du maire de cette ville de 35.000 habitants, Philippe Kizirian (PS): "Etes-vous favorables à ce que la commune achève la restauration de l'église Notre-Dame ?"
"Nous tirerons toutes les conclusions de cette consultation et une délibération sera proposée au conseil municipal dans un mois", a déclaré à l'AFP Roger Beraud, directeur de cabinet du maire.

Des raisons budgétaires sont invoquées par l'édile, lequel avait réservé son avis personnel "afin de ne pas donner de consigne de vote", à propos de l'éventuelle démolition de cet édifice monumental bordant la place centrale de Saint-Chamond.

Construit à la fin du XIXe à l'aide d'une roche calcaire tendre et friable, ce lieu de culte, dont l'unique flèche culmine à 67 mètres du sol (l'autre a dû être démolie en 2004), a déjà coûté à la collectivité 4,3 millions d'euros en travaux de réhabilitation au cours deS douze dernières années dans cette ville qui compte huit autres églises.

source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/04/27/01011-20090427FILWWW00251-eglise-de-saint-chamond-vote-oui-massif.php

 

Saint-Chamond ne rasera pas son église

Le Progrès - le 27.04.2009 04h00

Plébiscite, hier à Saint-Chamond, pour la poursuite de la rénovation de l'église Notre-Dame.

Moins d'un électeur saint-chamonais sur trois est allé voter hier. C'est peu. Même si on appréciait quasi unanimement dans les bureaux de vote la démarche «de demander ainsi directement leur avis aux citoyens». Succès au moins d'estime, donc, pour la municipalité Kizirian qui, avec une démarche de consultation rarissime en France, gagne ses premiers galons dans le difficile exercice de la démocratie de proximité.

Et si la participation, à peine plus de 28 %, s'est fait tirer l'oreille, ceux qui se sont déplacés ont tranché à une écrasante majorité : 80,5 % des votants (5 337 électeurs) ont répondu par l'affirmative à la question «Êtes-vous favorable à ce que la commune de Saint-Chamond achève la restauration de l'église Notre-Dame ?».

Au-delà, la consultation a dressé une carte parfois surprenante des «pro» et des «anti» Notre-Dame. Le Oui explose évidemment au centre-ville, lieu d'accueil de l'édifice. Il rencontre une adhésion plus inattendue sur le site, éloigné, de Saint-Julien. Le «grand Saint-Chamond» d'Antoine Pinay n'en a néanmoins pas fini avec ses querelles de clochers : les quartiers du Creux, Fonsala et Chavanne offrent au Non ses meilleurs scores.

Le Oui l'emporte à l'issue d'une campagne menée exclusivement… pour le Oui, par le comité de sauvegarde de l'église et les deux groupes d'opposition municipale. La restauration de Notre-Dame sera achevée, pour un coût de 3,3 millions d'euros. Reste un point d'interrogation : l'église rénovée sera t-elle affectée totalement ou partiellement au culte ?

Marie Perrin

3____chaffaudages_et_ouvrier__2_

 

 

 

Saint-Chamond préfère la réhabilitation à la destruction de son église

Les habitants de Saint-Chamond (Loire) se sont prononcés en faveur de la poursuite des travaux de réhabilitation d’une église de leur ville, lors d’un référendum tenu dimanche.

À la question «êtes-vous favorables à ce que la commune achève la restauration de l'église Notre-Dame ?», les habitants de Saint-Chamond (Loire), ville de 35.000 âmes, ont répondu dimanche par l’affirmative, dans un référendum organisé pour connaître l’avenir de l’édifice. Si une grande majorité des Saint-Chamonais se sont abstenus (seulement 28,32% de participants), les votants ont opté massivement (80,45%) pour que les travaux continuent. Le lieu de culte est situé sur la place principale de la ville de Saint-Chamond, qui compte huit autres églises.

Celle-ci est emblématique de nombreux cas en France : sa réhabilitation, pour des raisons de sécurité, est extrêmement coûteuse mais les habitants se refusent à voir détruire cette partie de leur patrimoine. Construit à la fin du XIXe avec une roche calcaire tendre et friable, l’église Notre-Dame ne possède plus qu’une flèche culminant à 67 mètres du sol, l’autre ayant dû être démolie en 2004. La réhabilitation de l’édifice a déjà coûté quelque 4,3 millions d'euros en travaux depuis douze ans.

D’ici à un mois, une délibération doit être proposée au conseil municipal suite à l’issue de ce vote.

(27/04/2009)
Batiactu


 

 

une caricature de talent : "Notre-Dame de Saint-Chamond"

caricature_combat_pour__glise_Notre_Dame

Trouvé sur le site du "caricaturiste de la Loire" ce dessin amusant (28 mars 2009). Sur les tours, Paul Privat ; à cheval, Hervé Reynaud ; à droite en échevin, Philippe Kizirian ; en bas à gauche, François Rochebloine ; André Moulin ; Olivier Sapet ; à droite, Gérard Ducarre.


joie_du_Comit_

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 20:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 24 avril 2009

du sens des responsabilités en politique (Michel Renard)

6___fa_ade__3_



dimanche 26 avril 2009,

sauver l'église Notre-Dame en

votant "OUI"


presse_notre_dame_06
Le Progrès, 18 avril 2009



du sens des responsabilités

en politique

À quelques jours de la "consultation populaire" organisée par la municipalité de M.-Kizirian, on peut témoigner de l'intérêt d'une bonne partie des habitants, y compris des jeunes, pour le patrimoine de leur commune qu'ils sentent menacé par ce curieux référendum. Cela semble indiquer une tendance favorable à la poursuite des travaux de rénovation de l'église Notre-Dame.

Si un tel résultat devait se dégager des urnes le 26 avril, il faudrait en rendre grâce - c'est le cas de le dire...! - à l'activité du Comité de sauvegarde de l'église Notre-Dame. Ce sont ses tracts, ses réunions, ses initiatives, ses contacts avec la presse, son énergie militante bénévole, qui ont attiré l'attention sur cette échéance.

carences de responsabilité

En ces temps où le vocable de citoyen, adjectivé à toutes les sauces, est répandu à tort et à travers, on peut légitimement l'utiliser pour qualifier l'engagement de ce Comité et de ses adhérents. Et en constater la carence chez plusieurs acteurs de la vie politique et religieuse locale :

- la municipalité s'est servi de "la démocratie" ("laissons choisir la population") comme alibi pour ne pas prendre position sur un dossier majeur de l'avenir du patrimoine local. Or, il faut rappeler que la tradition républicaine, comme la vertu civique en politique, consiste à faire des choix et à assumer des convictions. La majorité de M. Kizirian a fait défaut sur ce point. À quoi sert d'élire des responsables s'ils ne se sentent pas obligés par leur charge ?
Il faut exempter de ce reproche M. Lassablière, conseiller général de la Loire, canton de Saint-Chamond sud, qui a annoncé son choix pour le "oui" il y a longtemps.

- une partie de la droite locale - les partisans de MM. Rochebloine et Mandon - ne s'est prononcée qu'au dernier moment après un attentisme qui fait peu de cas du sens des responsabilités. Quelle catégorie d'électeurs craignait-elle donc de froisser en se prononçant plus tôt ?

- le diocèse n'a pas su endosser l'héritage d'un passé patrimonial auquel est attaché la population par-delà ses convictions religieuses. Son option pour une destruction de l'édifice et la construction, à la place, d'un bâtiment sans âme n'est pas très fidèle aux efforts consentis par ses devanciers pour élever cette église.

Le sort de l'intérêt public, le dévouement à la cité et à son histoire, auraient dû susciter des engagements plus sincères.

Si la politique veut conserver quelque noblesse, elle doit se conjuguer avec l'aptitude à remplir ses devoirs (choix, convictions) et à accepter les conséquences de sa prétention au pouvoir (décider quand on est élu pour le faire).

Peu s'en sont montrés capables dans ce dossier de l'église Notre-Dame de Saint-Chamond. Une seule campagne politique a été vraiment menée. Celle du Comité de Sauvegarde. Il sera le seul à remercier si un vote en faveur du "oui" se manifeste le dimanche 16 avril au soir.

Michel Renard


buste_Marianne_et__charpe_tricolore

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

travaux ancienne propriété Pinay (24 avril 2009)

travaux_au_24_avril_2009__2_


les bâtiments s'élèvent


travaux_au_24_avril_2009__1_
24 avril 2009

travaux_au_24_avril_2009__2_
24 avril 2009

travaux_au_24_avril_2009__3_
24 avril 2009

travaux_au_24_avril_2009__4_
24 avril 2009


- retour à "Rues et quartiers"
- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 mars 2009

intérieur de l'église Notre-Dame

nef



intérieur de l'église Notre-Dame

de Saint-Chamond

84 photos inédites



une église solide et majestueuse

Une méchante vidéo circulant sur Dailymotion et quelques photos catastrophistes ont parfois fait croire que l'église Notre-Dame était une ruine. Il n'en est rien. L'édifice est solide, imperméable et majestueux.

 
47___sas_d_entr_e_porte_lat_rale_droite

sas d'entrée du portail latéral droit

49___entr_e_du_collat_ral_gauche
entrée du collatéral gauche : piliers et arcs sont solides

 

51___collat_ral_gauche
collatéral gauche : puissance et élégance des piliers

52___collat_ral_gauche
collatéral gauche : aucun doute sur la stabilité du monument

53___nef_et_mur_sud
collatéral droit et partie de la voûte de la nef

55___collat_ral_gauche_et_vo_te_de_la_nef
collatéral gauche et voûte de la nef ; au fond, le chevet

56___nef_et_collat_ral_droit
collatéral droit et partie haute de la nef


57___nef__chevet_et_collat_ral_droit
nef, collatéral droit, chevet au fond


58___vo_te_de_la_nef
voûte de la nef, en arcs d'ogive


...et il faudrait détruire tout cela...!!

 
tours et cloches de Notre-Dame

61___escalier_du_clocher_nord
escalier menant à la tour nord


62___escalier_du_clocher_nord

escalier de la tour nord

 

63___dans_le_clocher_nord
intérieur de la tour nord

 

63___escalier_du_clocher_nord
en montant dans la tour nord ; la maçonnerie est impressionnante

 

85___vue_interne_de_la_ma_onnerie_de_la_tour
vue interne de la maçonnerie de la tour


86___ma_onnerie_et_charpente_de_la_tour
maçonnerie et charpente dans la tour nord

64___cloches
cloches de la tour nord

65___cloche
cloche avec inscriptions

66___support_de_cloche
support de cloche

67___cloche
cloche avec nom du donateur
 

68___cloche
cloche et mécanisme de balancement

83___cloches
l'impressionnante armature de bois du système sonnant



 plafond, charpente et toit de Notre-Dame

70___plafond_vo_te_sous_toit
au sol, la voûte de la nef, sur le côté la charpente métallique et la toiture

71___plafond_vo_te_sous_toit
dessus de la voûte de la nef, et charpente

72___sous_le_toit
charpente métallique et toiture

79___plafond_vo_te_sous_toit
une charpente qui a été renforcée au cours du temps


80___toit_charpente_m_tallique
charpente et porte d'accès au toit

81___toit_charpente_m_tallique
un morceau de bois détérioré, mais le reste est comme la tour Eiffel...

82___toit_charpente_m_tallique
quand on a un toit comme cela, on ne songe pas à le détruire

 

73___toiture_ext_rieure
toiture de l'église Notre-Dame, au fond le toit du transept sud

74___toiture_ext_rieure
un toit en très bon état

 

75___toiture_ext_rieure
toiture du côté de l'entrée de l'église et de la place de la Liberté

76___toiture_ext_rieure
encore du côté de la place de la Liberté

77___partie_haute_de_la_tour_restante
partie haute de la tour restante (sud)

78___partie_haute_de_la_tour_restante
tour restante ; la construction est impeccable


84___arcs_boutants
derrière le grillage, les arcs-boutants du coté nord : on dirait une cathédrale gothique

 

 

les richesses de l'église

18___autel_lat_ral_gauche
retable sculpté de l'autel secondaire gauche dédié à Saint-Joseph ;
bas-relief et ronde-bosse en marbre blanc ; côté nord de l'église

19___autel_secondaire_gauche
retable de Saint-Joseph
 

24___autel_secondaire_droit___Vierge_
retable sculpté de l'autel secondaire droit dédié à la Vierge ;
bas-relief et ronde-bosse en marbre blanc ; côté sud de l'église

25___autel_secondaire_droit___Vierge_
retable et autel de la Vierge


Diapositive1
au centre, la Vierge à l'enfant ; à gauche, l'Annonciation ; à droite, la Nativité ;
l'étoile désigne la Vierge : les lettres initiales de Marie, MA, superposées composent en effet
une étoile à six branches ; sur le
registre supérieur, les deux anges protecteurs 
évoquent le Ciel et leur parchemin la mise par écrit de la Bonne Nouvelle (Évangile)
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)



_glise_Notre_Dame_autel_Sainte_Vierge
carte postale ancienne : l'autel de la Sainte-Vierge


34___autel_lat_ral___Ste_Th_r_se__cot__sud
autel de Sainte-Thérèse, coté sud de l'église


22___nef_et_chaire
dans la nef, l'avancée de la chaire de marbre blanc


23___chaire
deux escaliers latéraux, en marbre, permettent d'accéder
à la chaire
; le dorsal en bois est d'élévation droite, et l'abat-voix,
en bois également,
surmonté d'un décor mouluré avec un ange
claironnant à chaque angle,
surplombe l'ensemble
 

93___bois_sculpt__chaire
bois sculpté de l'abat-voix sur la chaire


94___bois_sculpt__chaire
bois sculpté de l'abat-voix sur la chaire


95___bois_sculpt__chaire
bois sculpté de l'abat-voix sur la chaire

 

...et il faudrait détruire tout cela...!!


les vitraux de l'église

45___vitrail_bapt_me_de_J_sus_par_Baptiste_mur_sud

 

46___vitrail_bapt_me_de_J_sus_par_Baptiste_mur_sud
le baptême de Jésus par Jean le Baptiste


36___vitrail_c_t__sud
vitrail, côté sud


37___vitrail_c_t__sud
vitrail, côté sud


48___vitrail_mur_nord

vitrail, côté nord


88___vitraux
vitrail, côté nord (le même que ci-dessus)

89___vitraux
vitrail, côté nord


90___vitraux
vitrail, côté nord

91___vitraux
vitrail, côté nord


92___vitraux
vitrail, côté nord


96___rosace_transept
rosace du transept

97___vitraux_du_chevet
vitraux du chevet


98___rosace_transept
rosace de la façade : une église irriguée de lumière


99___vitraux_transept
vitraux du transept


...et il faudrait détruire tout cela...!!


autres figures religieuses célébrées dans l'église

13___c_t__nord
"Coeur sacré de Jésus, j'ai confiance en vous" ; paroi nord de l'église

 

26___saint_Antoine_de_Padoue
Saint-Antoine de Padoue, côté sud

 

témoignages de foi et de piété

27___ex_votos___St_Antoine_de_Padoue
ex-votos à Saint-Antoine de Padoue

32___ex_votos___Sainte_Th_r_se_cot__sud
ex-votos à Sainte-Thérèse, côté sud de l'église

 

50___statue_de_bois
statue de bois



mobilier religieux

tableau_de_messes
tableau de messes


44___b_nitier
bénitiers


28___fonds_baptismaux
fonds baptismaux ; le petit édifice surmontant la cuve
était doté d'une jolie petite porte qui a disparu


31___confessionnal_c_t__sud
confessionnal, côté sud


35___autre_confessionnal_c_t__sud
autre confessionnal, côté sud


59___confessionnal_c_t__nord
confessionnal, côté nord


60___confessionnal_c_t__nord__m_me_objet_que_59_
le même confessionnal que ci-dessus


101___autel
autel principal

 

102___croix_de_procession
belle croix de procession



objets religieux et usuels

17___missels
missels qu'il faudra épousseter

21___tas_de_chaises
chaises qu'il faudra réaligner

 

54___nef__mobilier___ranger
mobilier de bureau à ranger ailleurs que dans la nef




le souvenir des "morts pour la patrie"

38___autel_des_morts_pour_la_patrie__c_t__sud
autel des "morts pour la patrie", côté sud de l'église ; au-dessus, il est gravé :
requiem aeternam dona eis, Domine (Seigneur, donnez-leur le repos éternel) ;
à gauche et à droite les stèles portant le nom des décédés

39___st_le_gauche__morts_pour_la_patrie___cot__sud
stèle gauche

40___st_le_gauche__morts_pour_la_patrie___cot__sud
stèle gauche

41___st_le_droite__morts_pour_la_patrie___cot__sud
stèle droite

42___st_le_droite__morts_pour_la_patrie___cot__sud
stèle droite

43___vitrail_autel__morts_pour_la_patrie___cot__sud
écusson tricolore et vitrail au-dessus de l'autel
des "morts pour la patrie"

 

...et il faudrait détruire tout cela...!!




les parties endommagées

 

7___escalier_d_pendances_sacristie_chevet
un escalier dans les dépendances de la sacristie, partie gauche du chevet

8___hall__d_pendances_sacristie_chevet
vestibule de la sacristie

9___petite_pi_ce__d_pendances_sacristie__chevet
pièce de la sacristie, chute des faux plafonds

 

__________________________________________________



à lire sur ce blog

- 26 avril 2009 : voter "OUI"...!

- surtout, ne pas détruire l'église Notre-Dame !

- l'église de Saint-Chamond détruite...! (cauchemar-fiction)

- 26 avril 2009 : voter "OUI"...!

- église Notre-Dame : vues récentes

- l'église Notre-Dame à Saint-Chamond, construite en 1881

- l'église Notre-Dame, par Stéphane Bertholon (texte de 1927)

 

nef



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 21:13 - - Commentaires [3] - Permalien [#]