jeudi 14 juin 2012

Monument aux morts et stèles individuelles

Saint-Chamond 2014 (3)

 

 

le monument aux morts du cimetière

de Saint-Chamond

Michel RENARD

 

1) l'édifice et la statue

 

1vue d'ensemble (2012)

 

2
une immense stèle portant une croix chrétienne et statue d'une France casquée et armée (2012)

 

Saint-Chamond 2014 (1)
(photo 10 avril 2014)

 

Saint-Chamond 2014 (2)
une oeuvre réalisée par Louis Prost, 1876-1945 (photo 10 avril 2014)

 

Saint-Chamond 2014 (3)
l'allégorie du France combattante, apaisée mais vigilante, rentrant l'épée dans son fourreau...
ou prête à la sortir à nouveau en cas de danger (photo 10 avril 2014)

 

Saint-Chamond 2014 (4)
un symbole de puissance (photo 10 avril 2014)

 

_____________________________

 

2) les plaques portant les listes de morts pour la France

 

5
monument aux morts, partie inférieure (2012)

 

6
plaque nominative des morts en Indochine (1947-1954)

 

7
plaque nominative des combattants 1939-1940

 

8plaque nominative des décédés en A.F.N.

 

9plaque nominative des résistants combattants
volontaires et des S.T.O.

 

10plaque nominative des décédés de 1914-1918 (1)

 

11plaque nominative des décédés de 1914-1918 (2)

 

13plaque nominative des décédés de 1914-1918 (3)

 

12"à nos morts et héros"

 

 

Le nombre de stèles individuelles ne correspond pas au nombre, beaucoup plus élévé des victimes dont les noms sont gravés sur les faces de l'édifice.

On relève un total de 51 stèles individuelles parmi lesquelles :

- 38 pour 1914-1919

- 2 pour le Maroc (1912-1925)

- 6 pour 1939-1945

- 3 pour l'Indochine (1947-1954)

- 1 pour l'AFN

- 1 "inconnu"

 

 

_____________________________

 

3) les stèles individuelles des "Morts pour la France", entretenues par

le Souvenir Français

(cliquez sur les images pour les agrandir)

 

 

3face au momunement le côté droit de l'espace circulaire des sépultures (2012)

 

4
face au momunement le côté gauche de l'espace circulaire des sépultures (2012)

14 GOY Jean, mort à Saïgon (Indochine) le 8 janvier 1949
(voir commentaire plus bas)

 

15PESSELIER Maurice, mort à Saïgon (Indochine) le 26 février 1946

 

16fiche dans Mémoire des hommes
RÉVILLON Charles, mort le 25 janvier 1945

17VIALLON Jean Baptiste, mort à Poitiers, 16 juin 1940

18PERBET Pierre Jean, mort à Dury, 5 juin 1940
fiche dans
Mémoire des hommes

 

19AUBERT Louis Jean Baptiste, mort à Wiener-Neustadt, 13 août 1943

 

20VIRIEUX Pierre Marie, mort à Villers, 18 août 1914

21
METZGER Joseph, mort Prisonnier de Guerre Alsacien-Lorrain, 5 décembre 1918

 

22BERDOU Jean Marie, mort le 26 avril 1915

 

23LETOURNEL Alexandre, mort le 14 juillet 1918

 

24JOUASSARD Joseph, mort à Etroeung, le 8 novembre 1918

 

25TERRASSON Clément, mort à Vadelaincourt le 14 mars 1916

 

26EXBRAYAT Claude, mort à Vadelaincourt le 10 octobre 1918

 

27GIRAUDET Étienne, mort à Jaulgonne, le 4 août 1918

 

28OUILLON Jean Marie, mort à Prouilly, le 2 mai 1917

 

29PORTE Marius, mort à Servon, le 16 décembre 1914

 

30FAYOLLE François, mort à Mesnl-les-Hurlus, le 23 octobre 1917

 

31PUISSOCHET Claudius, mort à Villers-Daucourt, le 15 octobre 1918

 

32JOUGLARD Joseph, mort à Craonne, le 24 juillet 1917

 

33LARDERET Antoine, mort à Talma, le 17 octobre 1918

 

34GALLOT Pierre, mort à Courchamp, le 19 juillet 1918

 

35GINOT Petrus, mort à Ammerswiller, le 26 mars 1916

 

36
GRANGIER Antoine, mort à Fraize, le 12 février 1918

 

38PITAVAL Claudius, mort à Vailly, 20 juillet 1917

 

39DESJOINT Jean Pierre, mort à Épernay, le 20 octobre 1915

 

40NANTAS Joannès, mort à Douilly, le 6 septembre 1917

 

41MIALARET Louis, mort à Binarville, le 2 octobre 1918

 

42RÉVILLON Gustave, mort à Gomont, le 25 octobre 1918

 

43BEUCHOT Jean, mort à Richebourg, le 22 octobre 1914

 

44CHORLIOT Paul, mort le 15 février 1919

 

45LAGRANGE Pierre, mort au "Chemin des Dames", le 5 août 1918

 

46CHARGUELON Antoine, mort aux Islettes, le 22 mai 1915

 

47CALLET Louis, mort à Bruyères, le 27 août 1914

 

48PASSOT Jean, mort le 27 février 1919

 

49PERRIER Louis, mort à Louvry, le 30 octobre 1918

 

50PATURAL Jean Marie, mort le 8 septembre 1917

 

51RELAVE Antoine, mort à Hardancourt, le 30 août 1914

52TERRAT Benoît, mort à Eliverdinghe (et non "Eliverdnighe"), le 28 avril 1915

53DUSSON Pierre, mort à Perthes-les-Hurlus, le 16 février 1915

 

54BOULE Joannès, mort à Froidmont, le 11 juillet 1917

 

55FILLON Pierre, mort à Amiens, le 17 février 1917

 

56PAULIN Eugène, mort le 14 décembre 1918

 

57GARNIER Élie, mort le 9 octobre 1917

 

58MONTMAIN Antoine, mort au Maroc, le 8 octobre 1912

 

59DUMAS Édouard, mort au Maroc, le 25 décembre 1925

 

60DOMINIQUE Paul, Prisonnier de Guerre, mort à Ludwigsbourg, 7 septembre 1917

 

61
COUREL Lionel, mort à Marbache, le 25 avril 1945

 

62Inconnu

 

63SAUVIGNET Marius, mort à Augsbourg, le 23 février 1944
recruté dans le cadre du STO (Service du Travail obligatoire)

 

64LASSUDRIE François Louis, mort à Gia-Lam (Tonkin), 14 septembre 1951

 

65DUBIEN René, mort en Algérie (27 mai 1939 - 18 février 1962)

 

dalle Souvenir Français (1)
dalle du Souvenir Français

 

dalle Souvenir Français (2)
"À nous le souvenir, à eux l'immortalité"

 

66photo 2012

 

Mam (2) 10 avril 2014
10 avril 2014

 

photos : © Michel Renard

 

_____________________________

 

5) histoire du monument (en cours)

 

la recension des noms de soldats "morts pour la France"

 

affiche municipale mars 1923
une affiche municipale du 28 mars 1923 appelle les familles des soldats "morts pour la France" à
vérifier les indications devant figurer sur le monument aux morts avant l'arrêt définitif de la liste le 7 avril 1923

 

la souscription publique

 

carnet souscriptions (1)

 

carnet souscriptions (2)

 

carnet souscriptions (3)

 

carnet souscriptions (4)

 

carnet souscriptions (5)

 

 

l'inauguration du 11 novembre 1923

 

66516430
monument aux morts de Saint-Chamond, fin des années 1920

 

 

_____________________________

 

6) un mort oublié de 1914-1918 : Julien Bonaventure MOINE

 
Message de Roger Moine, en date du 8 mars 2014

"Je ne comprends pas pourquoi ne figure pas sur la liste des morts de ce monument :
MOINE Bonaventure Julien sergent 357 RI mort pour la France le 9 mai 1915 à METZERAL (Alsace) né le 22 novembre 1885 à Saint - Chamond
Genre de mort : tué à l'ennemi. Jugement rendu le 27 janvier 1921 par le tribunal de Saint-Étienne, transcrit le 4 avril 1921 à Saint-Étienne.
Je souhaiterais que cette omission, si elle est confirmée, soit réparée.
À noter que cette indication existe sur la tombe MOINE du même cimetière.
Cette personne est mon oncle.
Merci d'avance de votre réponse."

 

Réponse

Votre requête est légitime. Mais vous ne l'adressez pas au bon interlocuteur, ce blog n'étant que le résultat du travail d'un chercheur. Il faudrait saisir les services de la Mairie.

Vous avez d'autant plus raison qu'il existe - consultable aux archives municipales - une liste imprimée des "Enfants de Saint-Chamond morts pour la France", signée par le maire de l'époque, François Delay, en date du 28 mars 1923. Cette liste comprend effectivement le nom de Julien MOINE.

Moine fléché sur liste 1923
liste des "Enfants de Saint-Chamond morts pour la France" datant de 1923
(archivers municipales)

 
Par ailleurs, je suis allé repérer la tombe familiale au cimetière de Saint-Chamond, ce matin. Elle est en bon état et le nom de Julien Moine y est bien gravé. Comme d'autres, il est précédé de la mention "à la mémoire de", signifiant que le défunt n'est pas inhumé ici mais que son souvenir est attaché à la sépulture familiale.
Ce qui ne change rien au fait que le nom de Julien Moine devrait être gravé dans le marbre de la plaque apposée sur le monument aux morts de la commune. L'espace est disponible au bas de la dernière plaque des décédés de 1914-1918.
 

tombe Moine (1)
tombe de la famille MOINE dans le cimetière de Saint-Chamond (photo du 9 mars 2014)

 

tombe Moine (2)
stèle où figure le nom de Julien MOINE, mort pour la France le 5 mai 1915
(photo du 9 mars 2014)


Enfin, quelques recherches sur la destinée militaire du sergent Julien Bonaventure Moine apportent les renseignements suivants.
Son nom ne figure pas dans la liste des pertes de son régiment, qu'il s'agisse du 357e comme indiqué sur la fiche "mort pour la France", ou du 157e comme écrit sur sa fiche matricule.

Moine Julien fiche matricule
fiche matricule de Julien Bonaventure Moine (1885-1915) - arch. départ. Loire

 
Cependant sa fiche matricule précise qu'il a disparu au combat du 5 mai 1915 à Sillackerwasen (département du Haut-Rhin) sur la cote 830. Et c'est bien le 357e Régiment d'Infanterie qui a participé à ces affrontements très meurtriers. L'Historique de cette unité fait le récit suivant :

"Le 4 mai parvient au 5e Bataillon l'ordre d'attaquer la cote 830 dès que la préparation d'artillerie aura été suffisante, mais une brume épaisse gêne le tir. Le 5 mai à 10 heures, le commandant de Cambry blessé est remplacé à la tête du 5e Bataillon par le capitaine Granjon. À 14 h 50, le 5e Bataillon attaque avec un brio remarquable et occupe le premier objectif, mais les pertes en officiers ont été sérieuses. Seul un officier parvient dans les tranchées allemandes avec un effectif très réduit. Des mitrailleuses non repérées enfilent les tranchées occupées et les vident de leurs défenseurs, qui doivent se replier un peu en arrière, tout en conservant une grande partie du terrain conquis.
Cinq officiers sont tombés en outre du chef de Bataillon ; le capitaine de Sampigny en entraînant magnifiquement sa Compagnie à l'assaut ; le capitaine Vignon en arrivant au réseau allemand ; le lieutenant  Rouard blessé ; les lieutenants Baudet et Lamy disparus ; 256  hommes de troupe ont été mis hors de combat, tués, blessés ou disparus."

 

cpa Metzeral colorisée
carte postale ancienne colorisée de Metzeral : on voit, en haut à droite, les sommets du Sillackerwasen


Du côté des témoignages allemands, une histoire du 19e Régiment Royal bavarois d'infanterie de réserve évoque cet épisode en ces termes :

"Seuls provoquèrent une grande agitation les combats qui se déroulaient dans le secteur ouest du RJR 18 sur la hauteur 830 entre Steinabrück et Sillackerwasen et au sud du Anlasswasen, qui eurent comme conséquence immédiate la perte du Schnepfenriedkopf, du Burgköpfle et Herrenberg au nord et au sud-ouest de l’Eselsbrücke dans la haute vallée de la grande Fecht.
Ce jour-là, après un calme de quinze jours, se déclencha à 11 h. du matin un violent feu d’artillerie continu venant des Tännle et Altmattkopf en direction de Sillackerwasen, auquel s’ajoutèrent également en direction de nos positions, à partir de 1 h. de l’après-midi, des tirs d’infanterie nourris depuis le Sattelkpof, Klitzerstein et Altmattkopf.
À 3 h. de l’après-midi le bombardement du Schnepfenriedkopf se transforma en feu roulant et les cœurs de tous les spectateurs se serrèrent en apercevant – ce qui était nettement visible depuis la vallée – les obus qui coup sur coup en s’abattant sur le sommet blanc de neige le noircirent en quelques minutes et ce qui restait du poste de guet des chasseurs de Colmar engagé à cet endroit, terré superficiellement dans la neige, dévaler vers le Anlasswasen suivis de petites troupes de français."

Ce qu'à l'époque on désignait comme la "cote 830" est notée cote 837 sur la carte IGN actuelle.

cote 830 ou 837 carte IGN
sur la carte IGN, le point coté 837 correspond à la "cote 830" des récits de 1915

 

photo bomardement de Metzeral
photo du bombardement de Metzeral, mai 1915 (source)

 

photo bombardement cote 830
photo allemande de la cote 830 "sous le feu de l'artillerie ennemie" (source)

 

Michel Renard
professeur d'histoire
9 mars 2014

_____________________________

 

7) commentaire sur la stèle de Jean GOY

L'une des stèles, placée à l'une des extrémités d'un des deux arcs de cercle qui entourent l'édifice, porte le nom de Jean GOY et l'inscription : "Mort à Saïgon, Indochine, 8 janvier 1949".

Intrigué par l'homonymie avec l'une de mes collègues au lycée Claude Lebois de Saint-Chamond, j'ai entamé quelques investigations pour en savoir plus.

J'ai interrogé le formidable site qui s'appelle "Mémoire des hommes" édité par les services historiques de l'Armée française. Il propose, sous forme numérisée, les listes de soldats "Morts pour la France" avec de nombreux renseignements individuels.

En cliquant sur "Guerre d'Indochine", on lit la présentation suivante : "La base de données des "Morts pour la France" au cours de la Guerre d’Indochine (1945-1954) a été constituée par la saisie et l’indexation d’un fichier établi par le ministère des Anciens combattants au lendemain de ce conflit".

On clique ensuite sur "formulaire de recherche" et on y inscrit le nom et le prénom Goy Jean. On clique à nouveau sur "lancer la recherche" et on obtient le résultat suivant. On apprend que Jean Goy est né le 5 décembre 1927 et qu'il est donc décédé à l'âge de 21 ans, à quelques jours de l'anniversaire de ses 22 ans...!

Finalement, en cliquant sur son nom, s'ouvre une fiche nominative plus détaillée qui nous apprend qu'il était né à Saint-Chamond (Loire), que son matricule était le 772, qu'il était soldat de 2e classe appartenant au 22e Régiment d'Infanterie coloniale. Il est mort des suites de ses blessures à l'hôpital Costes à Saïgon (Cholon).

Je souhaiterais retrouver une image de cet hôpital. Mais pour l'instant mes recherches sont restées vaines.

Une stèle individuelle, portant seulement un nom, un lieu et une date de décès, peut donc être le point de départ d'une recherche pédagogique donnant plus de "chair" à l'individu disparu et des renseignements historiques plus amples.

Un travail pédagogique peut être effectué avec des élèves de 1ère ou de Terminale pour relever les différents conflits au cours desquels sont morts ces hommes souvent jeunes et les circonstances historiques dans lesquelles ils se sont déroulés.

 

Michel Renard
professeur d'histoire

 

soldat en couple
un soldat en couple à Saïgon en 1949
(ce n'est pas Jean Goy)

 

colonial-2831edbun soldat du 22e Rgiment d'Infanterie coloniale en Indochine

 

GuerreIndochine

 

_____________________________

 

sources

Archives municipales de Saint-Chamond

bibliographie

Monique Luirard, La France et ses morts. Les monumenrs commémoratifs dans la Loire, éd. université de Saint-Étienne, 1977.

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


vendredi 27 avril 2012

candidature de "Debout la République" à Saint-Chamond

Diapositive1

 

pour une réelle démocratie à Saint-Chamond

 

Un candidat aux élections législatives ne doit pas seulement proposer des idées et un programme. Il doit avoir de l'argent pour financer ses affiches, les professions de foi et les bulletins électoraux. Or, les partis qui ne magouillent ni avec Mme Bettencourt, ni avec Kadhafi, ni avec les dictateurs d'Afrique, ni avec les marchés publics éprouvent des difficultés pour réunir ces fonds.

Une candidature de "Debout la République" (Dupont-Aignan) coûte au minimum 2500 euros. Où les trouver quand ses partisans sont de simples gens...?

Et pourtant, face au choix "bonnet blanc - blanc bonnet" du 6 mai prochain, il faut bien que les élections législatives expriment un peu plus de diversité et d'alternative. C'est pourquoi une canditature "Dupont-Aignan", en l'occurrence celle de Julien Vassal (ou là encore) doit être présente.

Un mécène (ou des...) républicains doivent bien pouvoir se manifester...

Les partisans d'une démocratie authentique doivent rendre cela possible. Trouvons les 2 5000 euros nécessaires à cette campagne...! Il y a des militants, des esprits libres et de l'énergie...!

Michel Renard

- Compte de Campagne de Julien Vassal : " CCJVassal"

- adresse postale : Debout la République, Fédération de la Loire, Boite Postale n°4, 42600 Montbrison.

 

- "Organiser la sortie de l'euro, une priorité"

francois-morvan_pics_500

 

- site du parti "Debout la République"

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 avril 2012

résultats des présidentielles à Saint-Chamond

10384843

 

Résultats du 1er tour Saint-Chamond


22 avril 2012


  Nombre% Inscrits% Votants
 Inscrits 24 003    
Abstentions 5 635 23,48  
Votants 18 368 76,52  
Blancs ou nuls 422 1,76 2,30
Exprimés 17 946 74,77 97,70

 

Candidats

 

Voix

 

% exprimés

 

Mme Eva JOLY

331 1,84  

M. François HOLLANDE

5 453 30,39  

Mme Marine LE PEN

4 215 23,49  

M. Nicolas SARKOZY

3 924 21,87  

M. Jean-Luc MELENCHON

1 940 10,81  

M. Philippe POUTOU

159 0,89  

Mme Nathalie ARTHAUD

88 0,49  

M. Jacques CHEMINADE

38 0,21  

M. François BAYROU

1 516 8,45  

M. Nicolas DUPONT-AIGNAN

282 1,57  

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 mars 2012

Saint-Chamond, la ville où les corbeaux sont les maîtres

Diapositive1

 

la nuisance des corbeaux à Saint-Chamond

 

La mairie n'ayant pas fait procéder à l'élagage des arbres cet hiver, les corbeaux sont revenus nidifier. Leur croassement permanent est évidemment une gêne sonore très désagréable. Ainsi, dans la cité de la rue du Garat, on compte déjà 8 nids...!

Bravo pour l'environnement et le confort des habitants... Des décisions d'élagage auraient dû être prises car de nombreux résidents se plaignent du bruit et des déjections au sol. Ce qui semble encore plus aberrant, c'est la situation de l'hôpital qui, légalement, doit être une zone de silence... Or, des dizaines de volatiles croassent à n'en plus finir à proximité des chambres des malades...!

 

tete-corbeau

 ________________________

 

mardi 3 avril 2012

J'atténue ma critique de l'article ci-dessus. Je viens de voir et de discuter avec, une équipe spécialisée dans le dénichage à l'oeuvre dans le Jardin des Plantes. Ils sont aussi intervenus ce matin place de la Valette, alors qu'en arrivant au lycée vers 7 h 30, j'avais observé cinq nids. Ils sont désormais détruits.

Un responsable de la mairie m'a expliqué qu'ils avaient décidé d'intervenir sur plainte des riverains. Dommage qu'on ne l'ait pas fait avant dans notre quartier (rue du Garat, place Saint-Pierre)...! Parce que la période se termine maintenant : les oisillons commençant de naître...

En fait, le corbeau est nuisible tant qu'il n'y a pas d'oisillons.

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 mars 2012

cérémonie du 19 mars 1962 relative à la guerre d'Algérie

19 mars 2012 St-Cham (6)

 

Saint-Chamond :

cérémonie mémorielle du 19 mars 1962

 prétendue "fin de la guerre d'Algérie"

 

Saint-Chamond. 19 mars 2012. Square Lamartine, lieu d'érection de la stèle aux morts pour la France. La commémoration d'une prétendue fin de la guerre d'Algérie. La Municipalité, la FNACA, organisent une cérémonie. Ce soir à 18 heures.

Comme me le dit Hervé Reynaud, conseiller général (oppposition à la majorité municipale), accompagné de Jean-Luc Degraix : "un homme politique se doit d'être présent à toutes les cérémonies". D'accord avec lui. Mais la vérité historique ?

Il s'accorde avec moi pour reconnaître que le 19 mars 1962 ne signifie pas le terme de la guerre d'Agérie. Les conflits ont perduré, des Européens ont été enlevés, assassinés par le FLN (d'avril à l'automne 1962 au moins,) les Harkis ont été sauvagement assassinés. Donc la guerre a duré après mars 1962. Pourquoi alors retenir cette date ?

L'allocution de l'adjoint au maire qui parle de 500 000 morts algériens - chiffre totalement infondé ... Tout cela sent le déni de la vérité historique. Les deux historiens spécialistes qui ont effectué des calculs démographiques estiment, pour l'un (Xavier Yacono) que le chiffre est inférieur à 300 000, et pour l'autre (Charles-Robert Ageron), inférieur à 250 000. Ce qui est déjà beaucoup.

Mais on reste marqué par la solennité de la cérémonie "ouvrez le ban", "fermez le ban", sonnerie aux morts, minute de silence... On sent le désarroi, cinquante après, et la souffrance de ces Français confrontés à un conflit dont l'enjeu leur échappait, on sent la souffrance des victimes algériennes prises en étau... On écoute le coeur serré l'âge des jeunes de Saint-Chamond ou de l'Horme qui ont laissé leur vie dans cette guerre sans issue et pour laquelle ils ont été sacrifiés : tout juste 20 ans, 21 ans, 22 ans, 23 ans, 24 ans...

On partage l'émotion et on salue le rassemblement de toutes ces personnes venues à ce témoignage, mais en tant qu'historien on se sent mal à l'aise devant ces maltraitances de la vérité historique. Le 19 mars 1962 ne fut pas la fin de la guerre d'Algérie.

Michel Renard
professeur d'histoire

 

19 mars 2012 St-Cham (1)

 

19 mars 2012 St-Cham (2) 

 

19 mars 2012 St-Cham (3)

19 mars 2012 St-Cham (4)

 19 mars 2012 St-Cham (5)

 

19 mars 2012 St-Cham (6)

 19 mars 2012 St-Cham (7)

19 mars 2012 St-Cham (8)

 

19 mars 2012 St-Cham (9)le responsable de la FNACA

  19 mars 2012 St-Cham (10)

 

19 mars 2012 St-Cham (11)

 

19 mars 2012 St-Cham (13)

 

19 mars 2012 St-Cham (14)

 

19 mars 2012 St-Cham (15)

19 mars 2012 St-Cham (16)

 

19 mars 2012 St-Cham (17)

 

19 mars 2012 St-Cham (17)

 

19 mars 2012 St-Cham (18)

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


samedi 28 janvier 2012

vues de la gare de Saint-Chamond un matin de janvier

gare St-Cham 28 janv 2012 (3)

 

 

vues de la gare de Saint-Chamond

le samedi 28 janvier 2012

 

gare St-Cham 28 janv 2012 (1)
sur le quai qui mène vers Saint-Étienne, un peu avant 10 heures du matin

 

gare St-Cham 28 janv 2012 (2)
sur le quai qui mène vers Saint-Étienne, un peu avant 10 heures du matin,
au milieu l'escalier souterrain qui mène du quai A au quai B

 

 gare St-Cham 28 janv 2012 (3)
sur le quai qui mène vers Saint-Étienne, mais en horizon la provenance de Lyon

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 janvier 2012

Izieux et ses changements

izieux_avant_après 

 

 

modifications urbaines à Izieux

 

 izieux_avant_après

- Bien que pas très ancienne voici la photo d'un quartier qui a changé de physionomie en 2001. J'avais photographié cette maison juste avant sa démolition. À la place il y a un square. C'est à Izieux.

Jacqueline Pitiot

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 16:02 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 20 janvier 2012

Langonand

route de Langonand

 

 

route de Langonand

 

route de Langonand
avant 1914
cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

plan route de Langonand
cliquer sur le plan pour l'agrandir

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 20:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 19 janvier 2012

hôpital Beaujeu - lycée professionnel Saint-Ennemond

hôital Crpox-de-Beaujeu

 

 

ancien hôpital Beaujeu,

aujourd'hui lycée professionnel

 

 

hôital Crpox-de-Beaujeu

 

- aujourd'hui, cet édifice est le lycée d'enseignement privé Saint-Ennemond, localisé place de l'Égalité mais on y entre par la rue de l'Éternité.

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 janvier 2012

Théâtre soudanien

 théâtre soudanien 20 juin

 

une vie culturelle ouverte sur l'exotique

 

théâtre soudanien 20 juin
avant 1914

 - les costumes n'ont pas grand rapport avec l'Afrique soudanienne, à part le personnage central et les enfants... mais l'intention est là...

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]