lundi 29 octobre 2007

Archives de la Compagnie des forges et aciéries de la Marine et des chemins de fer (A.D. Loire)

sallarch2



 Archives de la Compagnie des forges

et aciéries de la Marine et

des chemins de fer

Archives départementales de la Loire


55 J 1-143      Archives de la Compagnie des forges et aciéries de la Marine et des chemins de fer

Dates extrêmes : 1790 - 1947
Importance matérielle : 7 mètres linéaires
Lieu de conservation : Archives départementales - Loire
Modalités d'entrée : don
Conditions d'accès : application de la loi sur les archives
Conditions de reproduction : application de la loi sur les archives

Instruments de recherche associés : Répertoire numérique établi par Sandrine Zoupas et Denys Barau, 64 p. (dactylographié)

Notice biographique :

Compagnie des forges et aciéries de la Marine et des chemins de fer, issue en 1854 de la fusion de plusieurs entreprises métallurgiques, dont principalement les établissements Jackson frères et Hippolyte Pétin-Gaudet et Cie, devenue en 1903 la Cie des forges et aciéries de la Marine et d'Homécourt, absorbée en 1953 dans la Cie des Ateliers et forges de la Loire (C.A.F.L.), puis en 1970 dans le groupe Creusot-Loire.Siège à Rive-de-Gier puis Saint-Chamond. Usines à Rive-de-Gier, Lorette (Assailly), Saint-Chamond, Le Boucau (Pyrénées-Atlantique).

Présentation du contenu :

Documents provenant des sociétés constituantes, archives de société et de direction, contentieux, bulletins et annuaire du Comité des Forges, personnel (ingénieurs, représentants), domaine, matériel d'exploitation et approvisionnements, fabrication (brevets, études), fournitures de matériel militaire au gouvernement français et à différents gouvernements étrangers, construction de ponts (pont Alexandre III à Paris), filiales en France et à l'étranger, accords de fabrication, plans (terrains, bâtiments industriels, matériel militaire)

Mots matières : métallurgie, armement, mine, armement maritime, bâtiment industriel, commerce, technique, ingénieur, ouvrage d'art

Personnes : Montgolfier (Adrien de), Laurent (Théodore), Holtzer (Jacob), Cie des forges et aciéries de la Marine et des chemins de fer, Sté stéphanoise d'armes, Forges de l'Adour, Sté des usines franco-russes, Sté française d'armes portatives

Lieux géographiques : Saint-Chamond, Rive-de-Gier, Lorette, Assailly, Loire (département), Boucau (Le) (Pyrénées-Atlantiques), Pyrénées-Atlantiques (département), Paris, Saint-Pétersbourg, Russie, Chine, Japon, Mexique, Transvaal, Abyssinie

source : Archives de France


- retour à l'accueil


samedi 27 octobre 2007

un ouvrage sur l'histoire des Aciéries de la Marine

FAM_1889
Le marteau-pilon. Forges et aciéries de Saint-Chamond ; sortie d’une pièce de marine,
Joseph Fortuné LAYRAUD, 1889, huile sur toile, 151 x 254 cm, collection écomusée du Creusot.
J. F. Layraud (1834- 1912) a présenté ce tableau à l’Exposition universelle de 1889 à Paris.
(source)


 

un ouvrage sur l'histoire des Aciéries

de la Marine (1996)


Bonjour

Je m'intéresse au patrimoine de la région et plus particulièrement au passé industriel de Saint-Chamond. Je cherche à me procurer un ouvrage sur l'histoire des Aciéries de la Marine, Creusot Loire, GIAT. Cet ouvrage a été réalisé par Eric Perrin en 1996. Où le trouver ? Pouvez-vous me renseigner ?
Cheminee
D'avance merci.
Sincères salutations.

posté par josiane42, mardi 16 octobre 2007 à 23:45


source

réponse

L'ouvrage qui correspond à votre demande est le suivant (il n'est disponible que sur des sites de vente de livres rares) :

- Éric Perrin, FAM, CAFL, Creusot-loire, des années 30 à nos jours ; mémoires d’un demi-siècle d’industrie métallurgique en région Saint-Chamonaise, 1996, autoédition, imp. Reboul, Saint-Étienne.

- achat de cet ouvrage (à la date du 27 octobre 2007)


Mais il existe également ce travail :

- Centre d’Etudes et de Recherches du Patrimoine Industriel (C.E.R.P.I.) du Pays du Gier, L’Empire des Forges et Aciéries de la Marine, deux siècles d’histoire industrielle dans la Vallée du Gier - C.E.R.P.I., 1996.


liens

- à propos du CERPI

Michel Renard


FAM_obligation_1921
obligation de 500 francs, 1921


- retour à l'accueil

lundi 21 mai 2007

Forges et Aciéries de la Marine à Saint-Chamond en 1900

Diapositive1





Forges et Aciéries de la Marine

à Saint-Chamond en 1900



À la fin du XIXe siècle, la direction de la Compagnie des Forges & Aciéries de la Marine entreprend d'éditer un album photographique des activités des différents sites de l'entreprise. Ce sont les images d'un exemplaire de cet album, daté de 1900, qui figurent ci-dessous. Cet album est déposé aux archives du C.D.I. du lycée Claude Lebois à Saint-Chamond.

page_titre
cliquer sur l'image pour l'agrandir








- retour à l'accueil

jeudi 21 septembre 2006

Aciéries de la Marine à Saint-Chamond

Aci_ries__3_
Ateliers des Aciéries de la Marine, avant 1906



Aciéries de la Marine à Saint-Chamond



Aci_ries__1_
atelier de cémentation, trempe d'une coupole, 1913

 

Aci_ries__2_
atelier d'usinage, rayage des canons de petit calibre

 

Aci_ries__4_
atelier de chaudronnerie et de montage des tourelles

 

Aci_ries__5_
atelier n° 1, coulage d'un lingot de 60 tonnes pour blindages

 

aci_ries_caisson_d_artillerie
chaudronnerie, fabrication des caissons d'artillerie

 

aci_ries_canon_de_305
sortie d'un canon de 305 des Aciéries de Saint-Chamond

 

entr_e_des_aci_ries
entrée des Aciéries





- retour à l'accueil

mercredi 12 juillet 2006

Forges et Aciéries de la Marine

forges_st_chamond_reduite
Forges et Aciéries de la Marine
Saint-Chamond - 1895 - Extrait du "Plan monumental de Saint-Chamond"



Histoire des Forges et Aciéries

de la Marine


pied_grande_chemin_e_25_juillet_2006
pied de la grande cheminée (103 m) en juillet 2006


Forges, aciéries et maîtres de forge

Magali NOVIS et André VINCENT (2004)

Les ressources en charbon de la vallée du Gier sont intimement liées au développement de l’industrie métallurgique, qui utilise beaucoup de combustible. Les forgerons se sont donc installés dans la vallée, et comme les verriers, ont utilisé le charbon de terre à la place du charbon de bois. Jusqu’au début du XIXe siècle, les fenderies et martinets sont dépendants de la force hydraulique des cours d’eau.

Avec l’invention de la machine à vapeur, l’industrie métallurgique peut s’installer n’importe où, et la production de la fonte devient possible (construction de hauts fourneaux). Mais l’axe du Gier, avec sa ligne de chemin de fer, reste le plus approprié à l’implantation de grosses forges et aciéries. Ainsi un véritable couloir industriel se développe au cours du XIXe siècle, le long du Janon et du Gier : sur Terrenoire, Saint-Chamond, L’Horme, Lorette, Rive-de-Gier et Givors.

L’art de la forge se transmet de père en fils, et il y aura dans la vallée du Gier de grandes familles de maîtres de forge qui se succédèrent entre la fin du XVIIIe siècle et la fin du XIXe. Loin de rechercher une concurrence entre eux, ils s’associèrent volontiers pour créer de grandes affaires.

Ainsi en 1848, Germain Morel, fils du maître de forge Antoine Morel à Saint-Chamond, s’associe avec MM. Pétin et Gaudet, maîtres de forge à Rive-de-Gier, pour créer à Saint-Chamond «Morel et Cie». En 1854, la société devient «Compagnie des Hauts Fourneaux, Forges et Aciéries de la Marine et des Chemins de Fer», avec un nouvel associé, l’anglais Jackson. Pendant ce temps à Rive-de-Gier, les six frères Marrel, fils d’un forgeron à Saint-Martin-la-Plaine, créent en 1853 une usine de forges et aciéries aux Etaings, qui devint aussi importante que celle de Pétin et Gaudet.

Se développant d’année en année, ces usines atteignirent des dimensions assez importantes, avec des équipements gigantesques destinés à produire d’énormes pièces de fonte de métal. Aux Forges et Aciéries de la Marine de Saint-Chamond, on construisait des pilons de 100 tonnes, des presses à forger de 6000 tonnes, un four vertical de 22 mètres de hauteur. La cheminée de la forge des Etaings à Rive-de-Gier est la plus haute d’Europe, 108 mètres, celle de Saint-Chamond de 103 mètres.

La gravure suivante, représentant les Forges et Aciéries de la Marine en 1895, donne une idée de l’importance de l’usine, où travaillaient 4000 ouvriers avant la Seconde guerre mondiale. Le CERPI a publié une brochure sur l’histoire de ce grand site industriel «L’Empire des Forges et Aciéries de la Marine», en vente en librairie ou à commander à l’association.


- Histoire et patrimoine industiel dans la vallée du Gier, par Magali Novis et André Vincent (2004)

 

P1010056

locomotive Diesel, 1955 (CAFL)




En 1955, Antoine Pinay évoquait le figure de Théodore Laurens






- retour à l'accueil