Usinor_St_Chamond_site 

 

 

vers une révolution à Saint-Chamond


Un ambitieux projet de reconversion des anciennes aciéries qui occupent aujourd’hui près de 50 hectares en plein centre-ville y est lancé.

 

r_novation_Giat
mené par l’Atelier Paris & associés, le projet est axé sur le développement
durable avec la construction d’immeubles dits «passifs» DR


Réhabilitation 

Ce qui a façonné notre ville, ce sont ses aciéries. Chaque habitant a été concerné de près ou de loin par ce qui se passait dans ces usines», souligne d’emblée Philippe Kizirian, maire (PS) de Saint-Chamond (Loire). Située à une douzaine de kilomètres de Saint-Etienne, cette commune de 36.000 habitants est en effet célèbre pour ses forges qui occupaient, à leur apogée, une zone de plus de 45 hectares située en plein cœur de la ville.
Du fait de la crise économique, les aciéries de la société Creusot-Loire – dernier nom porté par le groupe industriel qui regroupait la plupart des usines métallurgiques de Saint-Chamond – ont fermé leurs portes en 1984, laissant derrière elles d’immenses halles vides. Usinor (devenue depuis Arcelor-Mittal) ou encore GIAT les ont remplacés sans toutefois occuper l’ensemble de la friche industrielle.


Gros coup de pouce

Avec le départ en 2006 du fabricant d’armes, puis celle annoncée il y a un mois à peine de l’usine Siemens, la vallée, fortement sinistrée – le chômage y a augmenté de 37 % lors de ces trois dernières années –, a plus que jamais besoin d’un gros coup de pouce pour sortir du marasme. «D’où cet ambitieux projet de reconversion du site des anciennes aciéries de Saint-Chamond» qui vise à concilier passé industriel et innovations. «Depuis plusieurs années, la ville perd des habitants et le centre se paupérise fortement, déplore Philippe Kizirian. Notre objectif est de maintenir le pôle industriel actuel tout en construisant un éco-quartier d’habitations pour faire revenir les classes moyennes au centre-ville.»
Sur les 45 hectares du site, 15 sont actuellement occupés par des entreprises en activité et 15 autres réhabilités vont être toujours dédiés à l’industrie et aux PME. 7 hectares seront réservés à la construction d’immeubles d’habitations, de commerces et de services. Un parc de 5 hectares doit, quant à lui, permettre de tisser un lien entre les quartiers situés autour du site industriel, pour le moment isolés les uns des autres. Un projet de tram-train est également envisagé à l’horizon 2020. Montant global des investissements publics : 75 millions d’euros. Le premier coup de pioche doit être donné dans un an et les premières livraisons sont attendues pour 2015.

 

Un nouvel éco-site

 200 ans d’histoire industrielle

Saint-Chamond était célèbre pour ses aciéries dont les premières ont été créées au début du XIXe siècle. La ville s’était notamment spécialisée dans la production de blindés, de canons ou encore de tourelles de navires de combat.

Dépollution

Avant d’entamer la construction des nouveaux bâtiments, le site doit d’abord être dépollué. D’importants résidus de métaux lourds et des poches d’hydrocarbures ont été détectés dans les remblais.

Développement durable

Mené par l’Atelier Paris & associés, le projet est axé sur le développement durable avec la construction d’immeubles dits «passifs», l’aménagement d’espaces verts et le développement des énergies solaires (15.000 m2 de panneaux) et éoliennes, de même que la récupération de chaleur.
de notre envoyé spécial Philippe Peter
France Soir, 11 avril 2011