mardi 16 juin 2009

cité ouvrière Chavanne-Brun

cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__10_




photos de l'ancienne

cité ouvrière Chavanne-Brun


L'ancienne cité ouvrière Chavanne-Brun à Saint-Chamond, appelée aujourd'hui "parc Chavanne", occupe l'espace situé entre la rue Pasteur et l'allée intérieure à cette cité surplombant, en parallèle, le parking de la médiathèque.

Diapositive1
la zone bleutée : l'espace de la cité ouvrière de Chavanne-Brun
(cliquer pour agrandir)


__________________________________________________________

 

reportage photographique du 16 juin 2009

 

 

cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__1_
en bas, le parking de la médiathèque


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__2_
en bas, le parking de la médiathèque


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__3_
allée intérieure de la cité Chavanne


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__4_
allée intérieure de la cité Chavanne


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__5_
allée intérieure de la cité Chavanne


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__6_
allée intérieure de la cité Chavanne

cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__7_
allée intérieure de la cité Chavanne

cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__8_
allée intérieure de la cité Chavanne


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__9_
allée intérieure de la cité Chavanne


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__10_
ancienne guérite qui gardait l'entrée de la cité ouvrière

cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__11_
rue Pasteur


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__12_
haut de façade, rue Pasteur

motif_d_cor
détail du motif de décor


cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__13_
rue Pasteur



cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__14_
rue Pasteur



cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__15_
rue Pasteur



cit__ouvri_re_Chavanne_Brun__16_
rue Pasteur

 

motif_d_cor


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 15 juin 2009

La Croix de Saint-Chamond (hebdomadaire)

La Croix-de-Saint-Chamond 14 nov 1897

 

 

le journal La Croix de Saint-Chamond

 

En 1897 paraissait le premier numéro d'un hebdomadaire intitulé La Croix de Saint-Chamond. Expression du milieu catholique de la commune et de ses environs, il proposait des informations locales et cantonales auxquelles s'ajoutait le combat politique contre "le syndicat".

Sous ce terme, étaient désignés les partisans de la laïcité, les socialistes, les francs-maçons, les protestants, les juifs... La Croix de Saint-Chamond a été un journal très engagé à droite et antisémite comme l'était une bonne partie de la France politique et religieuse à l'époque.

 

auto_d_finition
placard de présentation du journal (1898)

 

Au niveau national, le journal La Croix a été fondé par les Assomptionnistes en 1880, sous forme mensuelle, qui devint  quotidienne en juin 1883. Cette congrégation religieuse, créée en 1845, diffusait déjà Le Pélerin hebdomadaire. L'offensive des républicains contre la présence de crucifix dans les lieux et édifices officiels détermina le choix du titre. La Croix, journal "catholique, apostolique et romain" parmi d'autres, finit par occuper la place de seul quotidien catholique français.2lav89001

En 1890, le cardinal Lavigerie, par le "toast d'Alger" enjoint les catholiques à "rallier" la République. La Croix prétend d'abord que ne l'ayant jamais combattue, elle n'a pas non plus à la reconnaître. Mais elle se résoud à ce choix en 1893.

Lors de l'affaire Dreyfus ("l'Affaire"), le journal adopte des positions violemment antisémites.

Revenant sur cette période quelques années plus tard, l'écrivain Anatole France (1844-1924) a des mots très durs. Le journal La Croix : "rédigé dans le style du Père Duchesne", "portait pour vignette, au lieu du marchand de fourneaux, Jésus crucifié, et ce symbole donnait, pour l’égarement des simples, l’onction d’un texte édifiant et la majesté des formes liturgiques à leurs sales injures et à leurs abominables calomnies" (préface au livre d'Émile Combes, Un combat laïque, 1904).

"Bientôt, ajoutait Anatole France, des Croix parurent dans tous les départements, qui répandirent par les campagnes, avec l’image du Christ, le mensonge et l’outrage".


l'antisémitisme de La Croix de Saint-Chamond

 

20_f_vrier_1898
édition du 20 février 1898

Sous le titre "Complot", voici ce qu'on pouvait lire dans La Croix de Saint-Chamond, le dimanche 20 février 1898 :
- "Laboureurs, ouvriers, commerçants, le scandale Dreyfus-Zola, systématiquement exploité par tous ceux qui haïssent la France, démontre que notre patrie est la proie d'une invasion étrangère.
Cette invasion substitue à la race française, dans la direction des affaires du pays, une race d'outre-Rhin, dangereuse à la fois par son organisation internationale, son amour du lucre et ses attaches avec nos pires ennemis.
Depuis vingt ans, la France est la proie des juifs venus d'Allemagne. Les commerçants sont ruinés par leurs bazars, les ouvriers par leurs accaparements, les paysans par leur usure.
Ce n'est pas tout.
Les intérêts nationaux sont chaque jour barrés à l'étranger par cette banque judéo-allemande, sous le couvert de la franc-maçonnerie.
Sont complices plus ou moins conscients de ces criminels efforts :
1° les protestants sectaires, égarés par une solidarité confessionnelle et pour lesquels la vraie patrie est à Londres ou à Berlin.
2° les agitateurs socialistes qui, sous la direction de juifs prussiens, poursuivent l'anéantissement de toutes les forces sociales. (…)"

 

à suivre...

Michel Renard
professeur d'histoire

Michel retour lycée 3 oct 2012 (2) copie 3

 

 

 

 

 

 

__________________________________________________



petite histoire (épurée) de l'hebdomadaire catholique

par le Père Pupier et Georges Delorme


La Grand'Grange et l'hebdomadaire La Croix de Saint-Chamond, se sont retrouvés intimement mêlés. Il faut savoir que l'abbé Tardy portait la casquette de directeur de la Grand'Grange et celle de directeur de l'hebdomadaire local.

 

la_Grand_Grange_fa_ade
la Grand'Grange à Saint-Chamond

Mais il faut remonter en 1893 où des jeunes gens vendaient à Saint-Chamond sept cent exemplaires de La Croix du Forez. En 1894, l'abbé Aubrun, vicaire à Saint-Julien-en-Jarez, et l'abbé Captier, aumônier du pensionnat Saint-Charles, organisèrent un modeste congrès de la bonne presse.

Une idée était née qui conduisait en 1897, à la parution de La Croix de Saint-Chamond d'abord en encart de La Croix du Forez, puis en parution autonome. L'abbé Aubrun en est le directeur, Étienne Mazenod le gérant.

 

ne_se_vend_pas_s_par_e_de
La Croix de Saint-Chamond ne se vend pas séparément
de La Croix du Forez et de la Vie des Saints

 

On peut noter tout de suite la dimension sociale de La Croix, puisqu'au siège à cette époque (6, rue de la Brosse) fonctionne un secrétariat du peuple qui donne des consultations médicales, des consultations juridiques, des renseignements sur les impôts, la loi militaire, les accidents du travail. On peut y faire écrire des lettres et consulter un bureau de placement. Cela pour une modeste cotisation, à la portée des ouvriers.

 

Union_nationale
le Secrétariat du Peuple

 

À noter aussi la création d'une société de secours mutuels privés "La Caisse des Familles" qui comptera trois cents membres dont un tiers de femmes en 1903.

La Croix de Saint-Chamond  du 1er janvier 1899 rappelle son but avec netteté :

"Quant à nous, nous nous efforcerons de rester fidèles à notre programme : travailler à la gloire de Dieu et au bien-être matériel et moral du peuple..." ou encore : "Malheur à nous, si en face de la démocratie naissante nous restons cantonnés dans cette sorte d'inertie pleine de morgue, qui fait de nous des êtres à part. Le monde actuel a des aspirations inconnues au siècle passé. Notre rôle à nous, catholiques, est de prendre la direction de ce torrent impétueux d'idées nouvelles".

 

2 200 exemplaires en 1902

L'abbé Huguet, orateur éloquent, polémiste impétueux et éblouissant, arrive le 31 mars 1902 et va faire de La Croix un journal populaire et turbulent dont on pouvait discuter les méthodes, mais non contester le succès. Le journal tire à 2 200 numéros.

 

expulsion_Chartreux
en 1903, expulsion des moines de la Grande Chartreuse (Isère)

 

C'est l'époque empoisonné par les expulsions des Congrégations, l'inventaire des églises, les amendes aux prêtres, un climat passionnel qui conduisait aux pires excès d'écriture et de langage.

Pierre Vanel, rédacteur talentueux de La Croix écrivait lors du 25e anniversaire en 1922 :

"Ayons un particulier souvenir pour le lutteur de jadis qui, acclamé par les uns, blâmé par les autres, critiqué parfois par ses amis, n'en fut pas moins notre porte-drapeau à une époque terriblement troublé et décevante. Pour notre part, nous les jeunes d'alors, une chose suffirait à sauver de l'oubli la mémoire de l'abbé Huguet, c'est qu'il fut à l'origine de nos cercles d'étude..."

Les cercles d'études connaîtront un grand succès sur la vallée du Gier et seront le creuset du catholicisme social. Pierre Vanel l'Izieutaire savait de quoi il parlait évoquant ce sujet.

 

les colonies de vacances de La Croix

L'abbé Bailly qui arrive en 1904, panse les plaies et les bosses et ouvre avec Étienne Mazenod, le groupement des Jardins Ouvriers, en suivant l'exemple stéphanois du Père Volpette. Les colonies de vacances de La Croix seront en fonction à Valfleury pour 32 jours. Les docteurs Drevon, Thevenon, Nicolas, Magnin apportent leurs cautions médicales. Les familles paient 30% du coût c'est-à-dire 15 francs. Le reste sera récupéré par souscription. C'est alors que rentreront en scène les élèves du collège Sainte-Marie qui, chaque année, organiseront une grande kermesse au profit des colonies de vacances de La Croix.

Valfleury_maison_des_p_res__2_
Valfleury (Loire) : l'église et la maison des Pères

Si la dépenses des familles se trouvait sensiblement réduite, le trousseau à fournir par la fillette, pour ces premières vacances, ne manquait pas de volume. On demande :

"Une robe du dimanche, une robe pour la semaine, un manteau, deux jupons, quatre chemises, quatre pantalons, cinq paires de bas, une paire de souliers, une paire de galoches, six mouchoirs, quatre essuie-mains, quatre serviettes de table, une paire de draps, un fichu, un tricot, un tablier de coton, un tablier noir, un nécessaire de toilette, un parapluie, un ouvrage".

En 1910, une assemblée du groupement La Croix, sous la plume du président, le commandant de Parseval, fait état d'un groupe de cercle d'études, de 38 jardins ouvriers, de 131 enfants en colonie de vacances, à Doizieux pour les garçons, à Valfleury pour les filles, et de l'oeuvre du placement des petits bergers.

Depuis longtemps les familles, dès le début de l'été, plaçaient leurs enfants, tout jeunes, comme bergers dans les fermes. Avec tous les risques encourus concernant le traitement de ces enfants. La Croix proposait des familles de paysans avec des garanties morales. Toutefois cette pratique allait se heurter immédiatement à la voix des enseignants qui prétendaient (non sans raison), qu'il s'agissait là d'un encouragement à manquer l'école. Le placement des petits bergers par La Croix, quoique démarré dans une bonne intention, fut arrêté parles responsables.

 

4 000 exemplaires en 1914

Pendant ce temps, l'abbé Bailly fait imprimer le journal à Lyon sur six pages. À la veille de la guerre de 1914, La Croix tire à 4 000 exemplaires.

Un entrefilet du 21 juin 1908 de La Croix de Saint-Chamond annonce à Izieux, la première messe de l'abbé Eugène Tardy étudiant au séminaire universitaire. En septembre 1911, l'abbé Tardy était nommé directeur de La Croix.

Le 14 février 1909, La Croix de Saint-Chamond achète un cinématographe. Voilà l'occasion pour des jeunes bénévoles de sillonner la campagne. La Valla, Valfleury, Doizieux, Le Bessat, pour projeter des grands métrages comme La Passion ou des films comiques. Le cinéma aux champs était né. Son succès fit sans doute grincer les dents des salles organisées, car sa carrière fut éphémère.

L'abbé Tardy revenu de la guerre de 1914 avec la Croix de guerre reprit ses fonctions de directeur, en même temps que son rôle d'aumônier des oeuvres de la Grand'Grange. En 1918, il fait imprimer le journal à Saint-Étienne, s'attache la collaboration de Me Auguste Prenat, de Joseph de Verrière (Mgr Lavarenne), Pierre L'Ermite. Il ouvre le journal aux poésies de Marie Argentine, et surtout de Louis Mercier incomparable chantre des saisons.

Le premier syndicat chrétien des Employés se fonde et ce n'est pas innocent si, en 1922, Jules Zirnheld, président de la C.F.T.C. [1], sous le patronage du 25e anniversaire de La Croix de Saint-Chamond, vient faire un véritable discours de propagande, qui marquera une progression sensible de ce syndicat dans la région.

 

10 000 exemplaires dans les années 1920

Si en 1926 le groupement des Jardins Ouvriers compte 69 lots, les colonies de vacances sont prises en charge par la Croix Rouge. D'autres priorités sollicitent les bénévoles du journal. Ce sera la J.O.C., la J.A.C., le financement des écoles libres. En 1928, la fondation de l'école technique de la Grand'Grange aura besoin de toute l'énergie de son fondateur. La Croix de Saint-Chamond atteint sur la Vallée du Gier un tirage de plus de dix mille exemplaires. On ne peut pas passer sous silence le travail obstiné de la famille Martel, à la base de cette réussite.

Après la guerre de 1945, La Croix de Saint-Chamond, qui avait cessé de paraître en 1943, revivra avec La Vallée du Gier qui deviendra L'Essor diocésain sous la direction de l'abbé Dusserre et de Jules Pichon rédacteur en chef. L'Essor abandonnera sa qualification d'hebdomadaire catholique sous la direction de M. Fargetton Henry, tout en restant d'obédience chrétienne.

Père Pupier et Georges Delorme, Sur les ruines du Château...
des fleurs ont poussé. Saint-Ennemond - La Grand'Grange
,
additif au n° 94 de l'Écho de la Grand'Grange, 1989, p. 309.

 


- les photos accompagnant cet article comme les intertitres ont été ajoutés. Michel Renard

 

[1] Jules Zirnhel (photo ci-dessous) fut le président de la C.F.T.C. de 1919 à 1940.

zimheld









 

 

 

 

 

procession_F_te_Dieu___Sainte_Marie
un encadrement catholique très présent à Saint-Chamond

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 14 juin 2009

le Sillon de Marc Sangnier à Saint-Chamond

Le Sillon colleurs d'affiches



Le Sillon de Marc Sangnier

à Saint-Chamond

 

D_mandez_l_Eveil_d_mocratique
Le journal L'Eveil démocratique, bi-mensuel en
octobre 1905, devient hebdomadaire en octobre 1906
(c'est l'éditeur de la carte postale qui est de Saint-Chamond)

 

Dans la Loire, l'implantation de la "Jeune République" est antérieure à la guerre de 1914-1918. Un cercle existe alors dans la vallée du Gier, animé par La Sablière. En 1920, un congrès départemental est présidé à Saint-Chamond par Marc Sangnier en personne puis la "Jeune République" se répand dans tout le département : Saint-Etienne, l'Ondaine, le Pilat, la plaine, les Monts du Lyonnais et du Forez...

source : Forez-Info

 

Camelots_du_bon_Dieu
"les Camelots du bon Dieu", carte postale éditée par J. Gonin de Saint-Chamond


Le_Sillon_colleurs_d_affiches
Le Sillon, revue d'action démocratique,
carte postale éditée par le saint-chamonais J. Gonin

 

Le Sillon colleurs d'affiches

 

_________________________________________________


 

marc_sangnier_1_

 








qui était Marc Sangnier (1873-1950) ?

Paris, 3 avril 1873 - 28 mai 1950        

Marc Sangnier a consacré sa vie et ses talents d'orateur et de journaliste à l'idée d'une démocratie fondée sur les forces morales et spirituelles de la foi chrétienne. Né dans une famille très pieuse de la grande bourgeoisie, il fait ses études à Paris, au collège Stanislas, tenu par les Marianistes, ouverts aux idées du catholicisme social prônées par le pape Léon XIII.

Déjà, il cherche à éveiller ses camarades à leurs devoirs  civiques et sociaux et collabore à la revue Le Sillon, fondée en 1894 par son ami Paul Renaudin. En 1899, Le Sillon se transforme en mouvement. Au sortir de l'École polytechnique, Sangnier renonce  une carrière d'officier pour en prendre la direction.          

Cherchant à réconcilier le catholicisme avec le régime républicain, Le Sillon s'est fixé pour but de "travailler à développer les forces sociales du catholicisme dans la société contemporaine". "Les beaux temps du Sillon" se consacrent à l'éducation populaire ; "le plus grand Sillon" s'ouvre aussi à tous ceux qui croient aux valeurs spirituelles et humaines.

Entre 1899 et 1910, à une époque où les idées dominantes de la Troisième République sont mises en cause, où s'installe un climat de religiosité et où émergent des préoccupations sociales, Le Sillon va marquer son influence sur de larges franges de la population française.

Marc_Sangnier___son_bureau

Mais son orientation démocratique, dans un milieu encore très choqué par l'expulsion des congrégations et la loi de séparation des Églises et de l'État (1905), son indépendance aussi vis à vis de la hiérarchie ecclésiastique, finissent par inquiéter. Le 25 août 1910, le pape Pie X condamne le mouvement dans une lettre aux évêques de France : Sangnier se soumet et dissout Le Sillon.

Il se lance alors dans l'action politique, fonde un journal, La Démocratie et, en 1912, un parti, la "Ligue de la Jeune République". Pendant la guerre de 1914-1918, il est chargé par Briand d'une mission en faveur de la paix auprès du pape. Député de Paris de 1919 à 1924, il se consacre entre les deux guerres à l'action pacifiste et organise de grands congrès démocratiques internationaux.

En 1929, à l'instar de Richard Schirmann en Allemagne, il introduit en France les Auberges de Jeunesse pour rapprocher les jeunes de tous les pays. À partir de 1932, il prend un certain recul avec l'action politique et fonde l'hebdomadaire L'Éveil des peuples et le Foyer de la Paix à Bierville (Seine-et-Oise), où il possédait une propriété.

Après la guerre, pendant laquelle il est arrêté, en 1944, par la Gestapo, son influence perdure : élu de nouveau député de Paris, il devient, à sa fondation, le président d'honneur du M.R.P.

Odile Gaultier-Voituriez
archiviste de la Fondation nationale des sciences politiques,
membre du conseil scientifique de l'Institu
t
- source


espritdemocratiquepagetitre

 

 

la vision de la démocratie chez Marc Sangnier

Faut-il le rappeler : Le Sillon (1) est d'abord une revue née en 1894. Au sein de cette publication d'élèves du collège Stanislas, Marc Sangnier issu de la grande bourgeoisie, bientôt polytechnicien, joue un rôle croissant. Il prend en 1898 la direction du Sillon qui devient un mouvement de jeunesse, de formation religieuse et sociale, et prend son essor à Paris et en province.

À partir de 1899, le Sillon se tourne vers l'action  démocratique et se place sur le terrain civique. Son écho s'accroît : 75 adhérents au premier congrès de 1902, 1 000 en 1904, 2 194 en 1909. À partir de février 1907, "le plus grand Sillon" veut rassembler 'toutes les forces qu'anime consciemment ou non l'esprit Chrétien", affirmant une perspective non confessionnelle. Le journal L'Éveil démocratique, bi-mensuel en octobre 1905, devient hebdomadaire en octobre 1906. Le Sillon s'oriente désormais vers l'action politique, Marc Sangnier est candidat aux élections législatives, à une élection partielle en 1909, puis aux élections générales en 1910.

Le Sillon, dès son début, se situe sans hésitation sur le terrain républicain. Ses militants n'ont pas, comme d'autres catholiques français, à se "rallier" conformément aux instructions du pape Léon XIII. Ils acceptent le régime, sinon le détail des institutions. Ils adhèrent aussi aux valeurs patriotiques qu'incarne la République.

pape_L_on_XIII
le pape Léon XIII (1878-1903)

Mais quelle est leur vision de la démocratie, une des originalités majeures du Sillon ? Faut-il rappeler qu'à partir de 1905, la revue Le Sillon porte en sous-titre "revue d'action démocratique", et non plus "revue d'action sociale catholique". L'adjectif "démocratique" est porteur d'un sens fort et renvoie à la définition de la démocratie si souvent donnée par Sangnier à ses amis. "La démocratie est l'organisation sociale qui tend à porter au maximum la conscience et la responsabilité civique de chacun" (2) La démocratie est une organisation sociale, ainsi la définition n'est-elle pas d'abord politique et juridique. "Nous voulons, dit encore Sangnier, une démocratie organique, non une démagogie anarchiste. Nous ne sommes pas des individualistes" (3).

Le_Sillon_colleurs_d_affiches

Cette démocratie organiciste n'est pas collection d'individus, elle est faite de corps et de communautés. Le Sillon, comme le catholicisme social, reprend quelque chose de la critique traditionaliste d'une démocratie individualiste, mais les individus ne doivent pas être écrasés par l'organisation sociale. Au contraire celle-ci a pour fin première l'épanouissement de "la conscience et de la responsabilité civique de chacun". Si le Sillon récuse l'individualisme, il affirme le rôle essentiel de la personne. Ce sont les valeurs de la conscience et de la responsabilité qui sont au cœur de la société démocratique.

Marc_Sangnier_portrait
Sangnier (1873-1950)

Sangnier ne confond pas la démocratie avec l'anarchie ou la démagogie. Il ne considère pas que la démocratie consiste "à supprimer l'autorité et à la remplacer par la stupide tyrannie des aveugles majorités ; nous croyons au contraire fortifier le principe même d'autorité en élevant à la pleine dignité civique un nombre chaque jour grandissant de sujets" (4). L'effort démocratique consiste "à rendre participante" de la fonction de l'État "une élite chaque jour plus large et ouverte".

La démocratie n'est pas l'égalitarisme et réclame la naissance d'une élite. Forger cette élite démocratique invite à un œuvre d'éducation qui est au cœur du projet sillonniste. La démocratie a besoin de l'apport de l'éducation, elle a besoin aussi de l'apport moral du christianisme. Comme Tocqueville, Sangnier estime que le christianisme "en subordonnant l'intérêt particulier à l'intérêt général rend la démocratie possible".

Ces quelques observations fondées sur les textes de Sangnier repris dans L'Esprit démocratique suffisent à suggérer que la conception de la démocratie politique par le Sillon est différente de la démocratie chère à "l'idée républicaine" (5). Surtout, alors que pour les hommes politiques républicains, de Gambetta à Clemenceau, le politique est premier, préalable aux réformes sociales éventuelles, le Sillon est d'abord tourné vers le social. La construction d'une démocratie sociale est l'exigence première.

Jean-Marie Mayeur, extrait de "introduction" à
Le Sillon de Marc Sangnier et la démocratie sociale.
Actes du colloque des 18 et 19 mars 2004, Besançon,
éd. PU de Franche-Comté, 2006, p. 7-9.

(1) Renvoyons au livre de référence de Jeanne Caron, Le Sillon et la démocratie chrétienne, Plon, 1966, et regrettons que cette thèse n'ait pas été rééditée.
(2) Marc Sangnier, L'Esprit démocratique, p. 167.
(3) Ibid., 26 février 1905, p. 172.
(4) Ibid., p. 174.
(5) On fait allusion au livre classique de Claude Nicolet, Gallimard, 1982.

 

7162276

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 12 juin 2009

rue Jules Verne

rue_Jules_Verne_13_juin_2009_vers_rte_du_Coin


rue Jules Verne


rue_Jules_Verne_13_juin_2009___7_h_30
en descendant vers Fonsala (13 juin 2009)

rue_Jules_Verne_13_juin_2009_vers_rte_du_Coin
en direction de la route du Coin (13 juin 2009)

rue_Jules_Verne_13_juin_2009_vers_rte_du_Coin_et_le_ciel
à droite, la clôture de verdure du collège Sainte-Marie (13 juin 2009)

rue_Jules_Verne_13_juin_2009_petite_porte
petite porte (13 juin 2009)

rue_Jules_Verne_13_juin_2009_petite_porte__2_
petite porte (13 juin 2009)

Tant qu'une ville conservera ce capital de verdure et ce bâti à hauteur d'homme, c'est toute une civilisation qui perdurera. Et donc un certain bien-être.

P1000579
l'hiver, en direction de la route du Coin  (5 février 2008)


- retour à "Rues et quartiers"
- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 11 juin 2009

demande d'internement de Mme Launay, communiste (1941)

petain8



demande d'internement de Mme Launay,

militante communiste, en 1941

 

demande_internement_Mme_Launay__communiste_1941
demande d'avis adressée par le Préfet au maire
de Saint-Chamond (arch. mun. Saint-Chamond, 2 Isc 22)



Cabinet du Préfet de la Loire
État français

Saint-Étienne, le 23 juillet 1941
à Monsieur le Maire de Saint-Chamond

J'ai l'honneur de vous faire connaître que M. le Général commandant la 13e Division militaire me demande de procéder à l'internement administratif de Mme Launay, née Delaigue, domiciliée chez ses parents, impasse Châtelard, à Saint-Chamond.
Je vous serais reconnaissant de vouloir bien me faire connaître si vous considérez cette personne comme réellement dangereuse pour la défense nationale ou la sécurité publique et si vous estimez que la mesure proposée s'impose à son encontre.
le Préfet
signé

 

demande_internement_Mme_Launay__communiste_1941__2_
(arch. mun. Saint-Chamond, 2 Isc 22)

 

réponse

 

Le Maire de Saint-Chamond
à Monsieur le Préfet de la Loire

28 juillet 1941

Monsieur le Préfet,
vous m'avez demandé mon avis sur la mesure d'internement à prendre à l'égard de Mme Launay, née Delaigue.
La femme Launay a été une militante communiste ardente.
Depuis l'armistice, à chaque manifestation de l'activité communiste (pose de papillons, distribution de tracts), elle a été particulièrement surveillée ; les enquêtes sur sa participation éventuelle à ces mouvements n'ont rien relevé contre elle.
Actuellement, c'est une malheureuse dans la misère ; le rôle de son mari dans le parti communiste lui fait refuser tout emploi par les commerçants et industriels de la région ; elle a à sa charge un enfant de 5 ans. Des secours ont dû lui être attribués par la Mairie.
Dans cette situation et en raison de l'éloignement de son mari, elle ne paraît pas dangereuse pour la Défense nationale, et je ne crois pas qu'une mesure d'internement s'impose.

pour le Maire
l'Adjoint

cour_int_rieure_H_tel_de_ville
cour intérieure de l'Hôtel de ville de Saint-Chamond

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


rue Saint-Exupéry

rue_Saint_Exup_ry_11_juin_2009




la rue Saint-Exupéry


rue_Saint_Exup_ry_11_juin_2009
en descendant la rue Saint-Exupéry ; à gauche, la limite du mur de l'école
Sainte-Marie, puis les maisons du clos Bernard (11 juin 2009)

rue_Saint_Exup_ry_plaque
plaque de rue à hauteur de l'intersection avec la rue Jules Verne

haut_rue_Saint_Exup_ry_13_juin_2009___7_h_28__1_
haut de la rue Saint-Exupéry, 13 juin 2009 à 7 h 28 ;
à gauche, le mur de clôture et les arbres de l'école Saint-Marie

haut_rue_Saint_Exup_ry_13_juin_2009___7_h_28__2_
haut de la rue Saint-Exupéry, 13 juin 2009 à 7 h 28 ; au fond, la rue Jules Verne

haut_rue_Saint_Exup_ry_13_juin_2009___7_h_29
haut de la rue Saint-Exupéry, 13 juin 2009 à 7 h 29

haut_rue_Saint_Exup_ry_13_juin_2009___7_h_30
haut de la rue Saint-Exupéry, 13 juin 2009 à 7 h 30


- retour à "Rues et quartiers"
- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 10 juin 2009

rue du Tonkin

rue_du_Tonkin


rue du Tonkin


rue_du_Tonkin
rue du Tonkin, à Saint-Chamond ; à gauche, la ligne de chemin de fer ;
à droite, la rue Saint-Exupéry (photo prise le 10 juin 2009 à 17 h 20)


rue_du_Tonkin_plan
longeant la voie ferrée, la rue du Tonkin à Saint-Chamond


arri_re_de_fa_ade_rue_du_Tonkin
arrière de façade, rue du Tonkin (vue du bas de la rue Saint-Exupéry)


- retour à "Rues et quartiers"
- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

fin construction rue Victor-Hugo

fin_construction_b_timent_av_Lib_ration




fin construction rue Victor-Hugo


rue_Victor_Hugo_avant_travaux_Google_Maps
cet hiver 2009, avant les travaux (photo extraite de Google Maps)

fin_construction_b_timent_av_Lib_ration
à l'emplacement de l'ancien marchand de tissus...
(photo prise le 10 juin à 17 h 15)

Ce nouveau bâtiment est situé à hauteur du croisement du boulevard Victor-Hugo avec la rue de la Brosse (square des Palermes). À sa gauche, se trouve le garage "le Relais du Pneu".

Diapositive1
plan de situation


- retour à "Rues et quartiers"
- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 19:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 8 juin 2009

résultats élections européennes du 7 juin 2009

r_sultats_europ_ennes___Saint_Chamond_7_juin_2009__2_



résultats des élections européennes

du 7 juin 2009




circonscription Sud-Est

- résultats des élections européennes dans la circonscription Sud-Est (Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Corse), selon les chiffres définitifs communiqués par le ministère de l'Intérieur :

Inscrits : 7.681.681

Votants : 3.044.400 39,63%

Exprimés : 2.939.919 38,27%

Abstentions : 4.637.281 60,37%
_____________________________________

Liste UMP............................ 862.645 voix - 29,34% - 5 sièges
tête de liste: Françoise Grossetête

Liste "Europe Ecologie".............. 537.140 voix - 18,27% - 3 sièges
tête de liste: Michèle Rivasi

Liste PS............................ 425.938 voix - 14,49% - 2 sièges
tête de liste: Vincent Peillon

Liste Front National................ 249.700 voix - 8,49% - 1 siège
tête de liste: Jean-Marie Le Pen

MoDem................................ 216.628 voix - 7,37% - 1 siège
tête de liste : Jean-Luc Bennahmias

Liste Front de gauche................ 173.491 voix - 5,90% - 1 siège
tête de liste: Marie-Christine Vergiat

Liste NPA............................ 127.380 voix - 4,33%
tête de liste: Raoul Jennar

Liste MPF (de Villiers)-CNPT....................... 126.207 voix - 4,29%
tête de liste: Patrick Louis

Liste "Alliance écologiste indépendante".... 110.106 voix - 3,75%
tête de liste: Francis Lalanne

Liste "Debout la République"..........58.415 voix - 1,99%
Tête de liste : Michel Vianes

Liste Lutte Ouvrière.................. 24.732 voix - 0,84%
tête de liste: Nathalie Arthaud

Liste "Résistance"................... 14.516 voix - 0,49%
tête de liste: Victor Hugo Espinosa

Liste "Europe Démocratie Espéranto".... 4.291 voix - 0,15%
tête de liste: Christian Garino

Liste "Solidarité-Liberté, Justice et Paix"... 4.278 voix - 0,15%
tête de liste: Matthieu Chauvin

Liste "Europe Décroissance"........... 1.278 voix - 0,04%
tête de liste: Annie Vital

Liste "L'Europe c'est vous".............. 701 voix - 0,02%
tête de liste: Jacques Gautron

Liste "Une France royale"................ 635 voix - 0,02%
tête de liste: Dominique Hamel

Liste "Pour une Europe utile"............ 394 voix - 0,01%
tête de liste: Daniel Dufreney

Liste "La force de la non-violence"......140 voix 0,00%
tête de liste: Philippe Bariol

source : AP


commune de Saint-Chamond

- résultats par bureaux, sur le site de la ville (en format pdf)


r_sultats_europ_ennes___Saint_Chamond_7_juin_2009__1_
le tableau de bord d'une machine à voter à Saint-Chamond :
21 listes et l'option "vote blanc"
- il faut d'abord appuyer sur la pastille (n°) de la liste choisie
qui s'affiche sur le petit écran de contrôle, puis valider sur la touche verte


inscrits : 23 859
votants : 7 894 - 33%
blancs : 351 - 1,47%
exprimés : 7 543 - 31,6%

abstentions : 15 965 - 66,88%
_____________________________________

        classement selon le nombre de voix obtenues

liste UMP (n° 12) : 1 792 voix - 23,7%

liste PS (n° 21) : 1 379 voix - 18,2%

Europe-Écologie (n° 7) : 1 197 voix - 15,8%

Front National (n° 2) : 711 voix - 9,4%

Modem (n° 1) : 609 voix - 8%

liste MPF de Villiers (n° 17) : 400 voix  - 5,3%

Front de Gauche (PCF + PG) (n° 14) : 333 voix - 4,4%

NPA (n° 10) : 288 voix - 3,8%

Alliance écologiste (n° 18) : 271 voix - 3,5%

Debout la République (n° 6) : 202 voix - 2,6%

Lutte Ouvrière (n° 5) : 105 voix - 1,3%
_____________

Résistances (n° 21) : 71 voix - 0,9%

Communistes (n° 11) : 38 voix - 0,5%

Royalistes (n° 16) : 30 voix - 0,4%

Esperanto (n° 8) : 23 voix - 0,3%

Union des gens (n° 4) : 23 voix - 0,3%

Solidarité Liberté France (n° 3) : 21 voix - 0,2%

L'Europe, c'est vous (n° 13) : 18 voix - 0,2%

Pour une Europe utile (n° 9) : 16 voix - 0,2%

Europe décroissance (n° 19) : 12 voix - 0,1%

La force de la non violence (Parti humaniste) (n° 15) : 4 voix 0,05%

_____________

ordre des listes sur l'interface des machines à voter et sur les panneaux d'affichage dans les rues

1 : Modem
2 : Front National
3 : Solidarité-France
4 : Union des gens
5 : Lutte ouvrière
6 : Debout la République, liste gaulliste
7 : Europe Écologie
8 : Esperanto
9 : CNIP, Pour une Europe utile
10 : NPA
11 : Communistes
12 : Majorité présidentielle, UMP
13 : Alternative libérale, l'Europe c'est vous
14 : Front de Gauche (PCF + Parti de gauche)
15 : Parti humaniste
16 : Alliance royale
17 : MPF, CPNT, Libertas (de Villiers)
18 : Alliance écologiste indépendante
19 : Europe décroissance
20 : PS
21 : Résistances
22 : blanc

bureau_de_vote_St_Julien_7_juin_2009
entrée du bureau de vote n° 9, Saint-Julien (ancienne mairie)


- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 05:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 7 juin 2009

mémorial arménien de Saint-Chamond

m_morial_arm_nien_Saint_Chamond__2_




le monument à la mémoires

des Arméniens

victimes des massacres de 1915 en Turquie



m_morial_arm_nien_Saint_Chamond__1_


m_morial_arm_nien_Saint_Chamond__2_



m_morial_arm_nien_Saint_Chamond__3_
"a la mémoire des 1 500 000 Arméniens victimes du 1er génocide du XXe siècle"

m_morial_arm_nien_Saint_Chamond__4_
"cette croix est scellée avec la terre bénie d'Arménie
rapportée par messieurs Keram et Krikorian"


m_morial_arm_nien_Saint_Chamond__5_

 

m_morial_arm_nien_Saint_Chamond__6_



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]