5___fa_ade__2_
magnifique vaisseau blanc captant la lumière
mercredi 18 mars 2009



26 avril 2009 : voter "OUI"

pour la

sauvegarde de l'église Notre-Dame

 

La poursuite des travaux de rénovation n'est pas seulement une question financière, comme le laisse entendre l'équipe municipale de M. Kizirian.

C'est d'abord une question d'identité, de mémoire, d'image de nous-mêmes que cette église porte avec elle depuis plus de 120 ans. Cet héritage n'a pas de valeur marchande. Notre devoir est de le préserver et de le transmettre.

Le patrimoine historique de Saint-Chamond n'est pas si pléthorique qu'on puisse envisager d'en détruire un élément...!

D'ailleurs, sur le site officiel de la Ville de Saint-Chamond, on peut lire que : "les deux flèches de Notre-Dame, de 60 m de hauteur offertes par Francisque Richard, sont le symbole de la ville de Saint-Chamond" (source, désormais inaccessible). Détruit-on sans risque un symbole ?


un édifice solide et majestueux

On a dit aussi que l'église était en mauvais état, qu'elle ne "tenait pas debout"... Tout cela est faux. Certains éléments intérieurs tels quelques pièces de la sacristie ou autres dépendances sont à l'abandon et à restaurer ; le chevet de l'église avec sa paroi orange (?) n'est pas très beau, il faut le concéder. Mais le reste est solide et a belle allure. On dirait une cathédrale. La solidité de Notre-Dame ne fait aucun doute - M. Kizirian au cours du conseil municipal l'a d'ailleurs admis.

Il y a tout dans ce bâtiment pour redonner vie à une belle église, dont la singularité monumentale serait le pendant du style différent de l'église Saint-Pierre. Ce sont deux étapes de l'architecture religieuse de Saint-Chamond. Il ne faut pas les opposer.

Le grand sculpteur Rodin écrivait que "les cathédrales françaises sont nées de la nature française" (dans Les cathédrales de France, 1914). Eh bien, pourquoi n'en irait-il pas de même pour Saint-Chamond : deux églises nées de la nature et de l'histoire de cette commune ?

Quant à la flèche orpheline, il ne sert à rien de s'en plaindre. Notre-Dame de Saint-Chamond rejoint ainsi la cathédrale de Strasbourg qui n'a jamais eu de seconde tour, et la cathédrale de Saint-Denis, tombeau des rois de France, dont une flèche fut foudroyée en 1837 et finalement déposée en 1845.  Cela n'en fait pas un argument pour une mise à bas de l'église. Comme le dit le poète Paul Privat, personnalité saint-chamonaise  : "quand un homme perd une jambe accidentellement, on ne l'ampute pas de la seconde"...


voter "OUI" le dimanche 26 avril

La "consultation populaire" du dimanche 26 avril n'est pas une vraie votation démocratique. Seule la position des partisans de la destruction est audible officiellement. Il n'y a pas de débat publique contradictoire ni de campagne électorale. Mais, ce dimanche 26 avril, il faudra tout de même aller voter "OUI" pour la sauvegarde de l'église Notre-Dame. Il faudra y aller nombreux et mobiliser autour de nous.

Michel Renard
professeur d'histoire au lycée
Claude Lebois de Saint-Chamond

 

1___vue_ext_rieure
18 mars 2009

 

 pour continuer à se reconnaître dans notre ville :

voter "OUI" le 26 avril


Notre_Dame_et_les_grues
pour ne jamais voir ceci
photo éditée par le Comité de sauvegarde de l'église Notre-Dame (voir site)

 

_____________________________________________



à lire sur ce blog

- surtout, ne pas détruire l'église Notre-Dame !

- l'église de Saint-Chamond détruite...! (cauchemar-fiction)

- l'intérieur de l'église Notre-Dame à Saint-Chamond

- église Notre-Dame : vues récentes

- l'église Notre-Dame à Saint-Chamond, construite en 1881

- l'église Notre-Dame, par Stéphane Bertholon (texte de 1927)

 


à lire sur internet

- le site du Comité de sauvegarde de l'église Notre-Dame

- panorama animée de Notre-Dame, sur le site de Xavier Spertini

 

 

25___autel_secondaire_droit___Vierge_
retable de marbre sculpté sur l'autel de
la Vierge, église Notre-Dame à Saint-Chamond
© Michel Renard

 

- retour à l'accueil