vendredi 26 janvier 2007

Le Gier, du Pilat au Rhône, et le barrage

gier___l_Hermitage
le Gier du côté de l'Hermitage à Saint-Chamond

 

 

le Gier, du Pilat au Rhône

 

Le Gier est une rivière de 44 km de long qui prend sa source dans le massif du Pilat, au lieu-dit la Jasserie à 1299 m d'altitude. Son confluent avec le Rhône est à Givors. La vallée du Gier comprend les villes de Saint-Chamond, de L'Horme, de Grand-Croix, de Lorette, de Rive-de-Gier et de Givors.

 

Embouchure_Gier
le point de confluence du Gier avec le Rhône (source)



_________________________________________________________

 

la source du Gier

- la Jasserie, dans le Pilat (1299 m alt.)




saut_du_Gier
le saut du Gier





_________________________________________________________

 

le barrage de Saint-Chamond

 

pont_du_barrage
le pont du barrage à Saint-Chamond

 

barrage_Saint_Cham_1914
le barrage, 1914

 

barrage_contenance
le barrage, contenance : 1 827 000 m3 (1927)

 

barrage__sans_date_
la retenue d'eau du barrage

 

barrage__vue_de_haut_
le barrage vu de la rive gauche

 

barrage_1910
la retenue d'eau du barrage et la rive gauche (1910)


Le barrage de la Rive, construit entre 1867 et 1871 intercepte les eaux du Ban, affluent du Gier.

 

_________________________________________________________

 

le Gier dans la ville de Saint-Chamond

 

maisons_au_bord_du_Gier
vieilles maisons au bord du Gier quand il était à découvert
(au fond, le clocher de l'église Saint-Pierre)


_________________________________________________________

 

liens (décembre 2007)

- Gier (Caroline Soares sur reseau-patrimoine.net)

- L'approvisionnement en eau des villes industrielles du Massif du Pilat depuis deux siècles (Luc Berger, lycée Lamartinière, Lyon)

- La source du Gier à la Jasserie (photo légendée)

- Le cours du Gier : travail réalisé par une classe de CM1-CM2, école de la Chabure)

- Le Gier : contrat de rivière (gest'eau.eaufrance.fr)

- La crue du Gier des 2 et 3 décembre 2003 (S. Batigne)

- Dommages causés à l'A47 par la crue du Gier des 2 et 3 décembre 2003

- Des travaux pour préserver le canal de Givors (Michel Javelle)

- Le canal de Rive-de-Gier à Givors - (suite)

 "Construit dans des conditions pour le moins surprenantes, exploité avec le souci permanent de dégager des bénéfices à peine croyables, le canal de Givors a coulé avec l'apparition du chemin de fer. Récit
S'il ne reste plus aujourd'hui que des vestiges du canal qui reliait Rive-de-Gier à Givors, durant près d'un siècle, l'ouvrage permit d'assurer le transport de la houille et autres marchandises. Lorsqu'en 1878 toute activité économique cesse sur le canal, les responsables de la municipalité de Rive-de-Gier lui donnent une fonction culturelle en organisant, dans un bassin situé en face de la mairie, des joutes. Un bassin maintenant bouché et transformé en square.
Afin que ce canal, un temps appelé "Canal des deux mers" parce qu'il devait relier le Rhône à la Loire, ne sombre pas complètement dans l'oubli, l'Association ripagérienne de recherches historiques s'est penchée, dans un petit ouvrage, sur ce passé glorieux. Passé où l'on a vu circuler, chaque année, jusqu'à 330 000 tonnes de marchandises et distribués, entre les différents actionnaires de la Compagnie du canal de Givors, plus de 11 millions de francs de dividendes. -
lire la suite

- un peu de géographie des pays du Gier

- petite histoire des pays du Gier

 

_________________________________________________________

 

 

haute_vall_e_du_Gier
la haute vallée du Gier, avec le village de
la Valla-en-Gier
(source en 2007)




- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


jeudi 25 janvier 2007

Carte des sites du Sud de la Loire

1500_1
sur le massif du Pilat



Carte des sites du Sud de la Loire

Saint-Étienne, la plaine, le Pilat, l'Ondaine, le Gier



sudloire_carte

Carte réalisée par Caroline Aubert, Nathalie Fournel, Jean Dumas -
Dde42, à partir du repérage cartographique effectué par Philippe Peyre
(Site Couriot / Musée de la Mine, Ville de Saint-Etienne), à l’occasion de
l’exposition "100 sites"
(source) (cliquer sur l'image pour l'agrandir)





- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 janvier 2007

monument Sadi Carnot - identification

Saint_Cham_3_juillet__11_
été 2006

 

le monument Sadi Carnot

de Saint-Chamond :

images, histoire et construction

 Michel RENARD, professeur d'Histoire

 

histoire

La décision d'ériger un monument à la mémoire du président de la République Sadi Carnot, victime d'un attentat le 24 juin 1894 et décédé le lendemain, a été prise par le conseil municipal de la ville de Saint-Chamond le 28 juin 1894. J'en ai retrouvé les pièces aux archives municipales.

Voir l'article et la transcription des documents originaux, ici : http://saintchamond.canalblog.com/archives/2006/07/28/2365939.html

 

hier

statue_carnot_anim_

 

monument_Carnot_anim_
adultes et enfants au pied du monument, avant 1914

 

aujourd'hui


socle_statue_Sadi_Carnot__1_
socle du monument (3 août 2006)

 

socle_statue_Sadi_Carnot__2_
socle du monument

 

10448781
socle du monument

 

socle_statue_Sadi_Carnot__4_
socle du monument



que représentent les personnages au pied de la statue ?

Au pied du monument de Sadi Carnot figurent deux personnages et des objets dont la signification n'est pas fournie par une plaque explicative. Que représentent-ils, que symbolisent-ils ?
Pour l'instant, je n'ai pas trouvé de documents écrits ni de pièces d'archives susceptibles de répondre à cette question.
Les personnages ont été conçus en même temps que le reste du monument : pour preuve, l'avancée en arc de cercle sur la façade, disposée pour soutenir les pièces de bronze et la date inscrite par le sculpteur à côté de son nom (1895).
À titre de supposition, j'y vois un hommage de la jeunesse industrieuse de la ville. Le garçon assis et accablé tient dans sa main gauche une masse, telle qu'on en utilise dans les ateliers des Aciéries de la Marine à l'époque. Forge-t-il les canons et obus sur lesquels il semble assis ? La pièce figurant à l'origine derrière lui, et qui a disparu depuis, est-elle un marteau-pilon ? Probablement. L'enfant évoquerait-il aussi, comme dans le monument commémoratif de Châlons-en-Champagne, le génie du souvenir ?
La femme est plus énigmatique. Elle a perdu la palme qu'elle brandissait de sa main droite. Et je n'ai pas encore identifié le caisson derrière elle : seraient-ce des broches de tissage du ruban ou bien des fuseaux de machines à tresser les lacets (activité phare du Saint-Chamond de cette époque)...? [voir ajout plus bas]

Michel Renard
professeur d'Histoire
au lycée Claude Lebois

 

Diapositive1

 

photos du 15 février 2007

 

socle_1
signature du sculpteur : A. Vermare, 1895

 

André César Vermare (1869-1949), sculpteur lyonnais, reçut le grand prix de Rome en 1898.

 

socle__2_
le monument Sadi Carnot et son socle

 

socle__5_
l'élan et l'accablement, réunis dans l'hommage du labeur
au président assassiné

 

socle__3_
jeune fille tendant le bras vers le buste

 

socle__4_
signature du fondeur : Ma (pour Maurice) Denonvilliers

 

Dans le monde des fondeurs d'art de la fin du XIXe siècle, Maurice Denonvilliers est très connu. Il est installé à Sermaize-les Bains (anciennement Sermaize-sur-Saulx) dans la Marne, et s'associe avec son père en 1877 pour la production de fontes destinées au bâtiment, à l'éclairage public, à la statuaire profane et religieuse (source). La fonderie Denonvilliers cesse ses activités en 1897.

On trouve trace de son travail à partir de la statue de Vermare dans l'inventaire de la fonderie Denonvilliers disponible en ligne (p. 43 : "Buste Carnot - Vermare..." - télécharger le document).

Denonvilliers est l'auteur, en tant que fondeur, de multiples oeuvres :

- la statue de Jean-Baptiste André Godin (1817-1888), installée à Guise (Aisne) devant le "Familistère", a été fondue par Maurice Denonvilliers en 1889
- le vigneron (1890) à Poligny, Jura
- la statue de sainte Gertrude à Peuvillers (Moselle) a été inaugurée le 19 octobre 1890
DSC01202- le monument de Lafayette à Washington [ci-contre], sculpté par Jean Falguiere et Marius Mercie, inauguré en 1891 ; sur le socle de ce monument figure une femme tendant une épée dans un mouvement qui rappelle la femme du monument de Saint-Chamond

- le monument commémoratif à Sadi Carnot élevé à Châlons-en-Champagne, lancé en 1894 et inauguré le 16 août 1896

 

monument Carnot Châlons-sur-Marne cpa

Le monument Sadi-Carnot, à Châlons-en-Champagne (anc. Châlons-sur-Marne) est l'oeuvre du sculpteur André Massoulé et a été fondu par Maurice Denonvilliers. (voir ici et ici).

 

______________________________________________________

 

ajout du 12 février 2008 : identification

des éléments du socle du monument Sadi-Carnot

de Saint-Chamond

 

Diapositive1

 

Avec ces cartes postales anciennes, l'identification du caisson ou du châssis figurant derrière la jeune femme est possible. Il s'agit bien d'un élément mécanique de la fabrique du lacet. Ainsi, les deux secteurs phares de l'industrie saint-chamonaise (métallurgie et lacet) ont été représentés en hommage au président assassiné en juin 1894. Ce fut le moyen d'associer les forces vives de la commune au témoignage de respect républicain exprimé à la victime.

Michel Renard
12 février 2008

industrie_du_lacet
carte postale ancienne : à droite, l'ensemble des machines dont la base
est le caisson qui figure en exemplaire unique à gauche

 

industrie_du_lacet__2_
la même carte que ci-dessus, mais en plus nette

 

industrie_du_lacet__3_
intérieur d'une fabrique de lacets : carte postée le 2 février 1906

______________________________________________________

 

ajout du 26 décembre 2008 : un article dans le bulletin

des "Amis du Vieux Saint-Chamond"

Je lis avec plaisir l'article de Gérard Gorin dans Le Jarez d'hier et d'aujourd'hui, n° 52 (bulletin des "Amis du Vieux Saint-Chamond") de ce mois de décembre 2008. Cet auteur confirme l'identification du caisson figurant derrière la jeune fille comme étant un métier à lacet. Il en a d'ailleurs conservé, nettoyé et remis en service un exemplaire.

Michel Renard

 

Tresses_et_lacets_G_rard_Gorin
le début de l'article de Gérard Gorin dans le n° 52 du Jarez...
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)



Le_Jarez_n__52

 

______________________________________________________

 

 

ajout du 6 février 2014 : confirmation

 

livre Le Jarez autrefois page 112
le rapport entre le métier à lacet et la statue avait été noté en 1986 par Gilbert Gardes

 

livre Le Jarez autrefois couv
l'ouvrage de Gilbert Gardes, paru en 1986

 

J'avais cherché, en 2007-2008, la signification de l'élément représenté derrière la jeune fille sur le socle de la statue de Sadi-Carnot.
Ne trouvant rien dans les ouvrages alors à ma disposition, le rapprochement m'était apparu avec les scènes reproduites sur des cartes postales anciennes.
Aujourd'hui seulement, j'ai pu consulter l'ouvrage de Gilbert Gardes, Le Jarez autrefois (éd. Horvath, 1986), proposant un choix de cartes postales anciennes. À la page 112, deux photos établissent le rapport entre un métier du lacet exposé au Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Étienne et le monument dédié à Sadi-Carnot à Saint-Chamond.

Michel Renard
6 février 2014

 

______________________________________________________



biographie de Sadi Carnot (1837-1894)

François Marie Sadi Carnot, né en 1837, polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées, élu républicain de la Côte d'Or (1871), ministre des Finances (1885), petit-fils du "grand Carnot", organisateur de la victoire en 1793 sous la Révolution française, fut élu président de la République pour 7 ans en décembre 1887 (par le Congrès : Assemblée nationale et Sénat réunis à Versailles).

Sa désignation par les républicains permettait d'évincer Jules Ferry dont on craignait que l'élection ne déclenche une émeute des partisans du général Boulanger. Le mandat de Sadi Carnot fut marqué par la crise boulangiste, les attentats anarchistes et le scandale de Panama.

Le 24 juin 1894, Sadi Carnot est assassiné à Lyon par l'anarchiste italien Santo Jéronimo Caserio après avoir refusé la grâce de l'anarchiste Vaillant qui avait lancé une bombe à la Chambre le 8013_sadi_carnot décembre 1893 et avait été guillotiné le 3 février 1894 (Caserio fut guillotiné à son tour le 15 août 1894).

L'émotion suscitée par la mort de Sadi Carnot fut la source de nombreuses commémorations et édifications monumentales à la mémoire du défunt. Il en a été ainsi à Saint-Chamond par décision du Conseil municipal.

Son troisième prénom, Sadi, viendrait du persan Saadi (Moslith Eddin né à Schiraz en 1184, mort en décembre 1291) personnage que Lazare Carnot admirait beaucoup pour son oeuvre littéraire (ses poèmes en particulier) et sa doctrine philosophique
(cf. site de Marius Autran)


jardin_public__en_couleurs_
le jardin public de Saint-Chamond avec, à droite, la statue de Sadi Carnot
(cliquer sur l'image pour l'agrandir)

 

______________________________________________________

 

ajout du 25 juillet 2011 :

une légende de carte postale ancienne confirme

 

lacet et métallurgie

La légende de cette carte postale ancienne, "le lacet et la métallurgie" - que je viens juste de découvrir - confirme mon hypothèse que les figures emblématiques postées sur le socle du buste de Sadi Carnot représentaient bien les deux industries tutélaires de la ville.

25 juillet 2011
Michel Renard

- voir les pièces d'archives relatives à la décision de construire ce momument, sur ce site.
 

5824200_p
dessin préparatoire, voir ici

 

 

______________________________________________________

 

images de la statue de Sadi-Carnot à Saint-Chamond (2014)

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (1)
l'ensemble du monument : socle, stèle et buste (mardi 15 avril 2014)

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (2)
l'ensemble du monument : socle, stèle et buste (mardi 15 avril 2014)

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (3)
face de la stèle montante mentionnant l'inauguration du 3 novembre 1895 (mardi 15 avril 2014)

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (4)
l'affliction du jeune homme, symbolisant l'industrie, exprime l'un des deux sentiments de la sculpture

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (5)
l'élan de la jeune fille, tendant un rameau aujourd'hui disparu, est l'autre sentiment

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (6)
magnifique composition de bronze, aujourd'hui âgée de 120 ans

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (7)
la complémentarité des deux figures symboliques

 

statue Sadi-Carnot 15 avril 2014 (8)
un élément du patrimoine culturel de Saint-Chamond

 

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 14 janvier 2007

Mairie - ancien ouvent des Minimes

t_Saint_Cham_3_juillet__7_
façade de la mairie de Saint-Chamond, juillet 2006



la mairie de Saint-Chamond

ancien couvent des Minimes


mairie_Saint_Chamond_1930
la mairie de Saint-Chamond en 1930 (façade)

La mairie s'est définitivement installée dans les lieux qu'elle occupe aujourd'hui en 1879. Auparavant, le bâtiment était le couvent des Minimes, occupé en 1850 par les frères maristes.

 

mairie_cour
la cour de la mairie et les arcades de l'ancien couvent

 

cloître Hôtel de ville St-Cham
galerie de l'ancien cloître, cour de l'Hôtel de Ville

 

mairie__sans_date_
place de la mairie
vue de l'actuelle av. Antoine Pinay

 

fa_ade_h_tel_de_ville
façade de l'Hôtel de Ville de Saint-Chamond


___________________________________________________

 

vues récentes de la mairie de Saint-Chamond (2008-2014)

 

2008

Hôtel de Ville 22 décembre 2008
lundi 22 décembre 2008, à 16 h 57

 

2014

 

façade Hôtel de Ville 27 mars 2014 (1)
façade historique de l'Hôtel de Ville, jeudi 27 mars 2014

 

façade Hôtel de Ville 27 mars 2014 (2)
façade principale de l'Hôtel de Ville, jeudi 27 mars 2014

 

façade Hôtel de Ville 15 avril 2014 (1)
façade historique de l'Hôtel de Ville, mardi 15 avril 2014

 

façade Hôtel de Ville 15 avril 2014 (2)
façade principale de l'Hôtel de Ville, mardi 15 avril 2014

 

façade Hôtel de Ville 15 avril 2014 (3)
angle de l'Hôtel de Ville et vue sur le petit parking, mardi 15 avril 2014


La belle porte de bois, visible sur le cliché de 2008, est toujours là. Mais on lui a ajouté une porte de verre coulissante facilitant l'accueil du public.

 

- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 3 janvier 2007

L'église Saint-Pierre (1609)

10371557_p
église Saint-Pierre à Saint-Chamond


 

L'église Saint-Pierre (1609)



_glise_Saint_Pierre_1930
nef de l'église Saint-Pierre en 1930

 

_glise_St_Pierre_abside
partie de la nef et abside

 

Saint_Chamond_9_f_v__10_
nef de l'église Saint-Pierre en 2007

 

_glise_St_Pierre_te_place_nationale
place Nationale et église Saint-Pierre, probablement
avant la guerre de 1914-1918



Saint_Pierre_et_place_Nationale_1918
place Nationale et église Saint-Pierre (carte écrite en 1918)

 

 

 

le 15 février 2007

_glise_Saint_Pierre__1_
l'église Saint-Pierre de Saint-Chamond et son clocher

 

_glise_Saint_Pierre__2_
le clocher de l'église Saint-Pierre de Saint-Chamond

 

_glise_Saint_Pierre__3_
le clocher de l'église Saint-Pierre de Saint-Chamond

 

_glise_Saint_Pierre__4_
 l'église Saint-Pierre de Saint-Chamond

 

_glise_Saint_Pierre__ext_rieur_
l'extérieur de l'église Saint-Pierre, rue Garat

 

Saint_Antoine_15_janv_2007
Saint-Antoine, chapelle du côté nord de l'église



- retour à l'accueil

Posté par michelrenard à 06:57 - - Commentaires [3] - Permalien [#]