Melchior_Mitte_de_Chevri_res_gros_plan




Melchior Mitte de Chevrières



- armes du seigneur Melchior Mitte de Chevrières, seigneur de Saint-Chamond au XVIIe siècle (époque d'Henri IV, et surtout de Louis XIII puis de la régence de Marie de Médicis) :

Mitte_G

Melchior Mitte (1586-1649)
      Comte de Miolans, Marquis de Saint-Chamond, Seigneur de Chevrières
      Chevalier du Saint-Esprit (reçu le 31 décembre 1619)



L'ordre du Saint-Esprit fut fondé par le roi Henri III en 1578. Il constituait l'ordre nobiliaire le plus élevé :

- "Son nom était du à la dévotion qu’avait le roi pour la Pentecôte, journée commémorant la descente du henri3franceSaint-Esprit sur les apôtres. Ce jour de Pentecôte avait marqué deux événements particulièrement importants pour Henri III [ci-contre] : sa désignation à la tête du royaume de Pologne avait eue lieu le 11 mai 1573 et son accession au trône de France le 30 mai 1574.
Officiellement, c’est la défense de la foi catholique et de la personne royale qui fut invoquée en créant l’Ordre du Saint-Esprit. Mais le roi avait sans doute pour dessein premier de provoquer le rattachement à sa cause de grands seigneurs catholiques dont la fidélité à sa personne paraissait fort équivoque, certains n’ayant pas hésité à s’allier avec la Ligue dirigée par le puissant duc Henri de Guise.
Par ailleurs, le besoin d’un Ordre nouveau devait probablement s’imposer, car force était de constater le déclin de l’Ordre de Saint-Michel, jusqu’alors unique Ordre de chevalerie du royaume."

http://www.france-phaleristique.com/stesprit.htm

- source du blason


Melchior_Mitte_de_Chevri_res_gravure
Melchior Mitte de Chevrières (1586-1649)


____________________________________________________


Abel_Grimmer_avril
tableau flamand d'Abel Grimmer (fin XVIe siècle) : Avril (extrait)
chapelle Notre-Dame de Montfaucon-en-Velay (Haute-Loire)



Collection  de 12 tableaux flamands à Montfaucon en Velay,

provenant de Melchior Mitte de Chevrières, seigneur de Saint-Chamond

              

D'où vient cette collection et comment est elle arrivée à Montfaucon ?

Les tableaux d'Abel Grimmer auraient été la propriété de l'archiduc Ernest en 1595. En 1631, le marquis Melchior Mitte de Chevrières, seigneur de St Chamond dans la Loire, est chargé de l'ambassade à Bruxelles. Au cours de ce mandat, il achète ou reçoit une collection de douze tableaux flamands signés et datés en bas à gauche : "Grimmer Fecit 1592". Il expose cette collection dans une galerie de son château à St Chamond. Par la suite, les tableaux sont transférés à l'église Notre-Dame de Saint-Chamond. Heureusement, car le château est saccagé en 1792 par des soldats venus de Haute-Loire.
Le curé Paul François Régis Jamon, prêtre Jésuite rejoint le club des Jacobins, sous la révolution. En 1793, l'instruction de la commission temporaire de Lyon déclare l'éradication du christianisme. Suite à cette proclamation, il abandonne la prêtrise et vient s'installer à Montfaucon en emmenant les douze flamands. On raconte qu'il a peint les cadres des tableaux en bleu, blanc, rouge. Il a gravé les nouveaux noms des mois pour donner un air plus révolutionnaire à l'ensemble de l'œuvre et ainsi il les a sauvés de la destruction. Après son arrivée à Montfaucon, le curé Jamon prend son bâton de pèlerin et se rend au Puy en Velay pour rencontrer l'évêque. Il lui demande pardon pour les fautes qu’il a comises. Il reçoit  l'absolution mais n'a plus le droit de célébrer la messe. De retour à Montfaucon, il offre à la chapelle la collection des douze tableaux flamands pour se faire pardonner de la population montfauconnaise.


janv
tableau flamand d'Abel Grimmer (fin XVIe siècle) : Janvier, la neige
chapelle Notre-Dame de Montfaucon-en-Velay (Haute-Loire),
rapporté de Bruxelles par Melchior Mitte de Chevrières
et exposé dans son château puis dans l'église de Saint-Chamond en 1635

(source iconographique)